Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 15:00

Pardon.jpg

Pompeo Girolamo BATONI 1708-1787

 

« A celui qui insulte le Père, il sera pardonné. Et à celui qui insulte le Fils, il sera pardonné, mais à celui qui insulte le Souffle Saint, il ne sera pas pardonné ni sur la terre ni aux ciels. » Evangile de Thomas-logion 44


S'il y a bien une attitude qui caractérise notre démarche de Franc-Maçon, c'est notre confiance indéfectible dans l'homme.

A la faute, nous tendons à opposer le Pardon car nous savons que la nature humaine tend vers le bon, même s'il nous faudra développer des trésors de patience enveloppés d'optimisme. Mais, nous le savons, l'humanité ne progresse que par le Pardon car lui seul permet de se tourner de façon inconditionnelle vers l'avenir et la paix.

Les anciens distinguaient trois phases dans le Pardon sincère :

  • la prise de conscience de l'action négative 
  • le regret 
  • la réparation

Et, par-dessus tout, le Pardon ne peut pas s'exprimer uniquement que par des paroles, il doit provoquer une modification profonde de notre âme, agir comme une véritable « conversion intérieure ».

Depuis l'épisode du Veau d'or, la Loi juive nous enseigne que les pires offenses faites à D. ou à son Fils, qui n'est autre que notre Frère, sont pardonnables.

Elles le sont parce que dans leur sagesse les anciens savent que les relations qui unissent des Frères entre eux sont complexes et que la vie n'est qu'une succession d'ajustements et de réajustements.

En tenant compte de nos erreurs, nous progressons dans la voie de l'éveil, de la connaissance des autres et de nous-même.

C'est en ce sens que le Pardon, en tant que facteur de progression de l'homme vers la sagesse est salutaire et peut être considéré comme le plus puissant exercice spirituel.

 

A l'opposé, le blasphème contre l'esprit s'avère d'une autre nature.

Il est dit que s'en prendre à l'esprit, c'est s'attaquer au principe même de la relation, c'est insulter le cœur de la reliance d'homme à homme, de Frère à Frère.

Et par-delà, c'est remettre en question l'ontogénèse de la Création qui veut que le multiple procède de l'Un.

Quelle est donc la nature du blasphème contre l'esprit ?

C'est introduire une relation perverse entre les choses, c'est se mentir à Soi et aux autres. C'est faire croire que l'on est différent, que l'on détient un savoir, une vérité, un secret que les autres n'ont pas et que l'on ne possède pas également.

Il y a là un combat à mener contre les « maîtres » de tout poil, les gourous, ceux qui détiennent le monopole de la vie spirituelle, qui se prévalent d'un savoir et qui font croire que l'accès à l'indicible ne passe que par eux.

Il n'y a pas de pitié à avoir vis-à-vis de ceux qui blasphèment contre l'esprit, ceux qui pervertissent la relation des hommes aux mystères de l'être.

Il ne peut y avoir de Pardon car eux-mêmes ne savent pas pardonner. Ceux qui du haut de leur morgue, s'autorisent à juger leurs Frères et les excluent s'ils n'obéissent pas à leur vision étriquée de la Loi.

 

" L'homme pervers profite de notre capacité à faire le bien pour s'immiscer dans nos cœurs en gauchissant un bon message en mauvaises intentions. Le mal, pour nous séduire, revêt les habits de la vertu sans lesquels il ne pourrait pas avoir l'emprise qu'il a sur nous.

Nous constatons cela en politique tous les jours : ces dictateurs qui nous promettent la paix pour mille ans, la prospérité, la sécurité, l'amour des citoyens, qui flattent cet instinct de l'harmonie, pour instaurer la barbarie et le meurtre". Franck Lalou

 

Nous en faisons malheureusement l’expérience en Franc-Maçonnerie au sein de notre obédience et pouvons constater les dégâts que cela occasionne dans notre Fraternité.

 

De véritables barrières se sont levées entre des Frères suscitées par les attiseurs de la « troublance » et de la division.

Elever des barrières c'est aller contre le sens profond de la vie, c'est empêcher que notre démarche spirituelle, faite de libres cheminements, s'accomplisse dans la nécessité de la rencontre.

Aussi, que penser de ces Frères qui ont été jusqu’au bout d’une logique délétère, soutenus l’insoutenable : la perversion de nos valeurs, le parjure envers des serments séculaires, les violences envers leurs Frères,... ?

Le Pardon envers ces suppôts aveugles de François Stif. est-il réellement concevable ? Sans doute devrons-nous « séparer le bon grain de l’ivraie », mais à partir de quels critères ? Devons-nous tenir compte d’un quelconque repentir, clé d’accès vers un Pardon sincère...

Et ceux qui l’envisage n’ont-ils pas eux-mêmes quelques arrières pensées en vue de la phase de refondation de la GLNF ?

 

Salutaire en ce sens, cette crise nous contraint à explorer en profondeur la définition que nous donnons de « Frère » et de « Franc-Maçon » ne serait-ce que pour pouvoir tendre la main à ceux qui étaient dans l’erreur et l’aveuglement et qui ne voulaient pas se l’avouer.


Repost 0
Published by L. Desdichado - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 20:42

strategie-du-clown-cynique.jpg

 

L’heure est visiblement aux préparatifs de la Tenue de Grande Loge comme nous l’a annoncé l’ex-pseudo Grand Manipulateur, ce faux-maçon occupant illégalement le 3ème étage des locaux de la Grande Loge Nationale Française, dans son courrier expédié le 26 octobre 2011.

 

Sous le regard indifférent ( ?) ou complice ( ?) de l’Administrateur judiciaire, Maître Monique Legrand, notre Gourou auto-déclaré s’est livré depuis plusieurs mois à diverses manipulations ayant pour but sa reconduction au poste de Grand Maître dont il a, rappelons-le, démissionné.

 

La preuve de cette jonglerie administrative généralisée nous a été remise avec l’envoi de la convocation à la Tenue annuelle de Grande Loge du samedi 3 décembre 2011.

Pas moins de 56 pages d’ordonnances nous ont permis d’avoir un aperçu, certes très éloigné de la réalité, des nominations ayant été décrété par François Stif. depuis 20 mois.

 

S’il souhaitait se faire réélire, compte tenu de sa perte manifeste et généralisée de pouvoir, ce dernier se devait d’inverser la tendance des votes annoncés comme majoritairement négatif à son encontre.

Cette opposition à son personnage s’étant cristallisée tant au niveau des Loges que du Souverain Grand Comité, il était impératif pour le Guide auto-déclaré de renverser la majorité de façon significative s’il souhaitait avoir une chance d’être réélu lors de la prochaine Assemblée Générale de la GLNF.

 

L’action  de François Stif. a reposé sur stratégie binaire fondée sur le développement simultanée d’une politique de la Terreur et d’une politique de nominations et de promotions.

 

Nous ne saurons sans doute jamais combien de Frères se sont vus exclus, radiés et humiliés ni combien de Loges ont été mises en sommeil.

Gardons à l’esprit que cette tentative de main mise sur les Loges par les menaces, notamment lors de l’Installation des Vénérables Maîtres a été un pur moment de terrorisme stifaniesque.

Des individus, souvent jeunes au regard des années maçonniques, se sont trouvés investis d’un pouvoir de rétorsion sur les Loges « rebelles ».

L’objectif étant de faire taire les opposants les moins déterminés, les diluer dans des Loges pro-stifaniennes et de manipuler les Frères qui pour diverses raisons restaient silencieux.

Cherchant manifestement à déplacer les poches de résistances, à faire partir les opposants en les écœurant par des manœuvres dilatoires, le Petit Napoléon de la GLNF a progressivement redessiné une carte des Provinces à sa main.

C’est ainsi que l’on a vu apparaître de nouvelles Provinces dont, parmi les plus récentes, celles de Cœur de France, d’Aurelia et des Sources...dont le nombre et la composition permettaient de gonfler les effectifs des votants favorables à François Stif.

A titre d’exemple, la Province d’Aurelia, créé ex nihilo par le Gourou Manipulateur, s’est vue octroyer 44 Loges et celle des Sources regroupant les Département de l’Allier, de la Loire, de la Haute Loire et de l’Ardèche pas moins de 37 Loges.

Sa première promotion de Grand Maître Provinciaux (dont notre fameux Groupe des XV) lui ayant fait, en partie, faux bond, François Stif. a pu ainsi nommer 9 GMP et 2 Grands Maîtres Provinciaux d’Honneur entièrement et servilement dévoués à son personnage.

 

Parallèlement à sa politique généralisée d’exclusions et de radiations, le Guide auto-éclairé se devait de renverser la tendance des votes au sein du Souverain Grand Comité en charge de la proposer un candidat Grand Maître à la ratification de l’Assemblée Générale.

Cette double politique de nominations d’affidés serviles et d’exclusions d’opposants menée au niveau des Loges, le Gourou Manipulateur allait l’appliquer au niveau du SGC.

En moins d’un an, la composition de ce dernier a été complètement bouleversée avec le départ de figures « historiques » de la GLNF et l’arrivée de pelletée de nouveaux venus passant par la case « promotions ».

Bien entendu, le noyautage du SGC s’est fait à partir de la représentativité des Provinces. Dans les ordonnances présentées nous avons au moins 13 provinces qui ont vu débarquer de nouveaux membres pour un total de 60 nominés au SGC ; nominations permises par une succession de « promotions-manipulations ».

C’est ainsi que nous avons relevé la nomination de 44 Passé Grand Porte Etendard, de 4 Grand Porte Etendard, de 2 Passé Grand Expert, de 4 Grand Expert (dont un particulièrement précoce car nommé par une ordonnance du 23 novembre 2011 !), de 6 Passé Grand Inspecteur, d’un Grand Chancelier, d’un Grand Orateur, d’un Grand Trésorier et de 2 Assistants Grand Maître.

Parallèlement, l’organe répressif qu’est le Conseil National de Discipline s’est vu renforcé de 4 individus, sans doute pour alimenter et soutenir la machine à radier !

 

Que pouvons-nous en conclure sinon que l’équilibre démocratique au sein de notre obédience a été sciemment rompu par un véritable Dictateur jouant sur les plus bas-instincts de l’homme à savoir l’orgueil et le goût du pouvoir et de l’apparat.

 

Il est clairement démontré, au travers de ces quelques exemples, que la stratégie de reconquête du pouvoir par un profane déguisé en franc-maçon est en passe de réussir.

Seuls, un jugement permettant l’annulation de l’Assemblée générale pluri-localisée d’octobre 2010 et l’application des décisions premières, à savoir l’exclusion de François Stif. et le retour à la composition des collèges électoraux préexistants ne tenant pas compte des nominations-manipulations récentes, seraient à même d’ouvrir à la GLNF des perspectives sereines.

 

A contrario, l’absence de décisions de justice favorables offrirait au Clown pervers, se faisant passer pour franc-maçon, la possibilité de perpétrer ses représentations hideuses sous un Grand Chapiteau grand-guignolesque...


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 12:34

 

Saint-Glinglin.jpg

 

Qui administre réellement la Grande Loge Nationale Française ?

 

Souvenons-nous. Le 24 janvier 2011, Patrice Kurz, le Vice-Président du Tribunal de Grande Instance indiquait dans les attendus de son ordonnance :

« Les membres du Conseil d’Administration de l’association « Grande Loge Nationale Française », parmi lesquels figure le Président, ont présenté le 21 janvier 2011 leur démission. »

Puis, il décidait de nommer Maître Monique Legrand, mandataire ad’hoc pour 6 mois.

 

Cet administrateur semblait devoir rapidement prendre les choses en main, aidée en cela par une décision de justice particulièrement claire :

  • Administrer la GLNF avec le concours des salariés et prendre toutes mesures dictées par l’urgence
  • Représenter la GLNF dans toutes les procédures judiciaires
  • Prendre toutes mesures pour permettre à la GLNF de se doter d’un Président, d’un Conseil d’administration et d’un Bureau
  • Convoquer une Assemblée Générale avec à l’ordre du jour l’approbation des comptes 2008-2009, du budget 2010-2011 et la ratification de la désignation du Président par le Souverain Grand Comité
  • Se faire communiquer tout document utile, notamment la liste des membres et les pièces comptables.

A l’issue du renouvellement de cette première période de 6 mois durant laquelle aucune de ses missions n’a aboutie, notre mandataire ad’hoc devenue depuis Administrateur provisoire, n’a toujours pas pris la moindre décision sauf celle...d’attendre une décision de Cour d’Appel sans cesse reportée !

 

Rappelons que, suite à la décision rendue le 07 décembre 2010 par le Tribunal de Grande Instance de Paris, de multiples reports et incidents de procédures orchestrés par François Stif. et ses serviteurs ont permis que soit repoussée l’échéance du couperet juridique. Cette audience finalement fixée au vendredi 13 janvier 2012, - date Ô combien symbolique - constitue, dans les annales de la Justice française, un record de lenteur de traitement pour un tel « dossier » !

Curieusement, la Cour d’Appel semble systématiquement reporter le délibéré après que Maître Legrand ait choisie une date pour la tenue de l’Assemblée Générale.

Paradoxalement, Maître Legrand se retranche toujours derrière l’avis tranché de cette même Cour d’Appel...ce qui fait que nous tournons en rond !

 

Entre-temps, que constatons-nous ?

Un Président démissionnaire qui poursuit comme si de rien n’était ses « petites affaires », exclue, radie, ouvre et ferme des Loges, communique par voie de « Brèves » et de Presse dont le fameux GLNF101 , voyage et rencontre les quelques rares Grands Maîtres qui acceptent encore de le recevoir. (Précision : ceux-ci soit ignorent complètement la situation de la GLNF soit sont « complices »), nomme des administrateurs, des membres d’un « Grand Conseil », gère de fait un grand nombre de dossiers,...bref, François Stif. continue d’administrer notre obédience ! (alors que quelqu’un est payé pour ça !)

 

Dernièrement, les Frères de la GLNF sont invités à une Tenue de Grande Loge avec force publications dispendieuses par un Président-Grand Maître démissionnaire !

Mais, que fait donc Maître Legrand pendant ce temps ?

Cette convocation n’est-elle pas de son ressort puisque celle-ci comporte l’approbation d’éléments placés sous sa responsabilité, notamment la Présentation du Rapport moral ?

 

A l’étude de ces quelques éléments, il apparaît clairement que nous sommes dans une situation de gestion de fait de monsieur François Stif. au détriment de l’Administrateur provisoire ! (celle-ci d’ailleurs, de manière surprenante, n’apparaît nulle part ni sur aucun document de notre association)

 

Cette simple constatation doit nous permettre de lancer par voie de référé une assignation par-devant le Président Patrice Kurz lui demandant non seulement d’annuler cette réunion illicite mais également d’ordonner instamment à Maître Legrand d’organiser l’Assemblée Générale sur les bases saines préexistantes à l’Assemblée générale pluri-localisée.

L’objection pourrait être celle qu’il a toujours avancée à savoir l’attente de l’Arrêt d’Appel pour le fameux vendredi 13...

Et si la Cour d’Appel décidait de reporter de nouveau sa décision à la Saint Glinglin, que ferions-nous ?

 

Repost 0
Published by L. Desdichado & Pierre de Taille - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 00:29

grenouille-sf.jpg

 

En attendant la prochaine « Brèves » de notre clown - car comment appeler autrement un profane mal déguisé en franc-maçon ? - désespérément tragique - car son obstination en fait un digne représentant d’un souffleur aphone dans une pièce d’Eschyle -, nous avons reçu de bonnes nouvelles en provenance de l’Union des Loges Régulières Françaises.

Et plus particulièrement, de la Maison des Maçons Réguliers du Rite Français qui nous a fait parvenir son nouveau Bulletin d’information.

 

Voici un Bulletin incisif, digne de Francs-Maçons ayant pris le parti de combattre l’usurpateur qui, aveuglé par sa propre folie, vise à détruire les hommes et les valeurs de l’un des plus beaux mouvements spirituels de tous les temps.

 

Peu importe.

La Maison des Maçons Réguliers poursuit son chemin au sein de l’ULRF, et s’affirme comme une voie de recours tout en précisant sa démarche :

« Contrairement à ce que certains voudraient faire croire, rejoindre le projet de la MAISON DES MAÇONS REGULIERS DU RITE FRANÇAIS, ce n’est pas quitter la GLNF dans laquelle nous restons pour chasser l’usurpateur ; ce n’est pas non plus se mettre en situation de double appartenance car il ne s’agit que d’un projet destiné à montrer, pour l’instant, le ras le bol qui nous envahit un peu plus chaque jour et la force de résistance qu’il génère.

Nous serons donc présents à l’Assemblée Générale que convoquera la mandataire judiciaire. » 

 

Si l’on devait résumer le mot d’ordre de la Maisons des Maçons Réguliers, ce serait : de l’Action !

Ce qui est exprimé très fortement dans le Bulletin qui nous affirme, entre autre :

« Attendre pour voir et ne rien faire c’est conforter cette gouvernance que l’immense majorité d’entre nous rejette ».

 

Nous ne connaîtrons jamais sans doute les ressorts et motivations profondes qui poussent ce quidam égaré rue Christine de Pisan à annihiler toutes ses chances de recouvrer un jour son honneur.

Il est à craindre que la blessure d’amour-propre qu’il pourrait se voir infliger en quittant la GLNF ne soit pas le motif de son entêtement. Nous avons toujours pensé que d’autres raisons sous-tendent son refus de laisser s’exprimer la démocratie.

 

Aussi, avec l’histoire de la grenouille qui se brûle si l’on porte progressivement l’eau à ébullition, c’est une allégorie riche en enseignement qui nous est proposé par nos Frères.

Notre petit Gourou déguisé en grenouille devrait bien s’en inspirer.

Et vite, car malheureusement pour lui, l’eau de son bocal est montée inexorablement en température, ne lui laissant que peu de possibilité de salut...

 


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 18:37

megamind.jpg

 

La plus terrible de toutes les peines pour l'homme social, c'est l'opprobre, c'est l'accablant témoignage de l'exécration publique. Robespierre 

 

L’agonie de la GLNF version « usurpateur & Co » n’en finit pas.


Ce dramatique constat que font tant la Franc-Maçonnerie nationale et internationale (toutes obédiences et Rites confondus) que la société civile entraîne une question essentielle :

Comment une association d’hommes responsables, réfléchis et posés peuvent-ils subir la loi d’un individu emporté par le tourbillon de sa démesure et aveuglé par sa folie paranoïaque ?

 

Nul ne peut le dire encore. Et à notre avis, même pas l’intéressé lui-même !

Pourtant, les faits sont là. En mois de deux ans, la folie d’un seul profane a produit un raz-de-marée dont les effets se feront ressentir encore longtemps.

 

Les faits sont là et trop connus pour que nous nous y attardions maintenant.

Ce qui nous interpelle, c’est plutôt le fait que cette organisation malade est irrésistiblement et inéluctablement entraînée dans sa dérive par un groupuscule d’individus dont le seul but semble être la conquête d’un pseudo-pouvoir et des prébendes factices délivrés par un dictateur monomaniaque.

 

Le constat est suffisamment grave pour que nous interpellions ces serviteurs zélés qui ne sont pas tous, loin s’en faut, des êtres irréfléchis.

 

  • Pensez-vous réellement et en conscience que le profane, qui vous flatte avec ce que l’on peut considérer comme des hochets (Tabliers bleus, pouvoir administratif coercitif, titre,...), ne vous manipule pas ?
  • Avez-vous étudié calmement et sereinement les faits mis à jour depuis plusieurs mois sur le dévoiement programmé de notre association ?
  • Avez-vous rencontré et dialogué avec ceux qui sont présentés comme des « opposants » et qui ne sont en fait que de simples Frères honnêtes, droits et intègres ?
  • Ne vous rendez-vous pas compte des méthodes que l’on vous impose d’employer pour mettre à mal notre belle Fraternité ?
  • Percevez-vous toute la violence qui est exprimée par un ex faux Grand Maître dans ses paroles et ses actes ? Les approuvez-vous au fond de vous-mêmes ?
  • Comment certains d’entre vous, qui occupent des postes à responsabilité, dirigent parfois des entreprises, font preuve d’intelligence et forcent le respect dans leur vie profane, acceptent-ils d’obéir à un homme qui ne sait qu’éructer et insulter, et bafoue des valeurs humanistes auxquelles vous avez-vous-mêmes prêtés serment ?
  • Percevez-vous l’impasse vers laquelle vous entraîne ce dictateur qui vous a hypnotisé tant au niveau maçonnique que social et qui ne peut qu’être fatale à votre réputation. Car, comment justifierez-vous d’avoir couvert des actions et paroles répréhensibles moralement et socialement, collaboré à un système pour le moins vicié et aux pratiques douteuses (à moins que vous n’y trouviez un quelconque bénéfice...et là, la question est réglée, pour vous tout au moins...pour la Justice, cela reste à voir !)
  • Pensez-vous que l’individu que vous servez et qui est devenu l’opprobre de la Franc-Maçonnerie au niveau national et international ne vous lâchera pas en pâture à la justice lorsque le moment sera venu ?

 

Nous faisons appel à votre HONNEUR et à votre FRATERNITE en vous demandant de récuser, dès à présent, celui qui vous tient en sujétion.

 

Certains d’entre vous se sont laissé gruger par les mensonges et les propos maladifs d’un profane égaré en franc-maçonnerie. Sans doute ont-ils fait preuve de faiblesse, mais à ceux-là, nous tendons la main.

D’autres ont été aveugles et sourds dès le début et se sont comportés en opportuniste, en « girouette » et en parjure. Ils auront à porter le poids de leur attitude en toute conscience à l’avenir.

 

Même si la parabole de l’enfant prodige semble désuète de nos jours, nous sommes convaincus qu’il n’est jamais trop tard pour rebâtir une nouvelle Fraternité...avec vous.


 

Repost 0
Published by L. Desdichado - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 00:02

Mémoiregriot2

 

Dans l’article précédent, « la mémoire du Griot -1 », nous reprenions l’information parue en juillet 2004 relatant une troublante rumeur qui avait gêné Jean-Charles Foell. alors Grand Maître de la GLNF.

 

Cet article a été commenté par la presse française mais également par celle des pays africains.

C’est ainsi qu’un journaliste congolais s’est emparé de l’information et, dans le contexte politique agité de son pays, a souhaité faire la lumière sur les tenants et aboutissants de cette affaire en avril 2010.

Certes, il faut lire entre les lignes et faire abstraction du ton excessif, de l’anti-maçonnjsme un peu primaire et de la méconnaissance de la Franc-Maçonnerie du journaliste africain qui s’attaque à un « dignitaire » français reçu en grandes pompes dans son Congo natal.

Mais, ce qui est le plus révélateur, hormis l’image quelque peu dégradée de la Franc-Maçonnerie en Afrique (quoiqu’en disent certaines « élites » africaines et européennes), c’est de constater l’impérieuse nécessité de l’ancien Grand Maître de la GLNF à se justifier.

 

Comme le dicton populaire le souligne « il n’y a pas de fumée sans feux », et  les coïncidences entre diverses « affaires » concomitantes laissent perplexe.

 

Il faut également parcourir les commentaires parus sur le site Congos-infos à l’occasion desquels Jean-Charles Foell. prenait alors sa plus belle plume et un ton courroucé pour tenter de se blanchir dans cette affaire.

Sans doute pour devancer quelques allusions dans un futur proche...

 

 

 

FRANC-MACONNERIE/GLNF : UN ANCIEN GRAND-MAÎTRE (JEAN CHARLES FOELLNER) FAIT SCANDALE EN ALLANT PIOCHER 380.000 EUROS A LA PAIERIE DU CONGO !

 JCF

 

COMMENTAIRE: C'est une affaire datant de 2004 qui a concerné l'ancien Grand Maître Jean-Charles Foellner, ami de l'actuel Grand Maître François Stifani.

A la Grande Loge Nationale de France, c'est sous le tablier de l'amitié qu'on se transmet l'équerre du pouvoir. Il faut appartenir au réseau corse ou à la juiverie internationale pour devenir Grand Maître à la GLNF.

Gérard Ramond en sait quelque chose, puisqu'il a perdu sa charge de Grand Maître Provincial d'Occitanie en postulant à la charge de Grand Maître National...

Jean-Charles Foellner fut  Grand Maître de la seule obédience Française reconnue comme régulière par la Grande loge Unie d’Angleterre (Vatican de la Franc-Maçonnerie), la GLNF.

François Stifani est son successeur. Il siège dans une sorte de chambre regroupant tous les anciens Grands maîtres de la GLNF.

C'est une affaire d'argent, de gros sous, dans laquelle Jean Charles Foellner aurait reçu un pouvoir lui autorisant d'aller retirer plus de 250 millions de francs CFA à la trésorerie congolaise, près de 380.000 euros aux frais de l'Etat congolais.

Sans raison. Sans motif.

C'est qu'il faut acheter rubis sur l'ongle les degrés obscurs de la franc-maçonnerie.

La GLNF fait boutique pour vendre au prix le plus cher sa "spiritualité symbolique".Cette spiritualité sonnante et trébuchante qui n'en est pas une est celle dans laquelle s'inscrivent la plupart des présidents africains dont monsieur Denis Sassou Nguesso.

C'est la preuve qu'il y a "franche-mensongerie" sous quête de lumière.

Et comme tout ce qui se fait sous le signe du diable se fait au détriment des peuples, l'argent qui aurait servi à sauver des vies congolaises, va dans les tabliers des Grands Maîtres.

Jean Charles Foellner enlève le moungouélé de la bouche de nos enfants. Toute la spiritualité de la GLNF ne vaut pas un centime de lumière car la tête est pourrie et tout ce qui se cache sous un soupçon d'égyptianité est tout simplement du charla(sa)tanisme.

Ieshoua Ha Meshiah a dit : « Nul ne peut servir deux maîtres. Nul ne peut servir Dieu et Mammon à la fois sinon il méprisera l'un des deux ». Si la quête de lumière est une quête légitime, toutes les voies pour l'atteindre ne se valent pas.

Et une spiritualité qui ne sert que la chair s'appelle tout bonnement du MATERIALISME et n'a de spirituelle que l'intention.

 

 

 

Les commentaires sur le site Congo-infos datent de 2010 et Jean-Charles Foell. prenait alors sa belle plume, sans doute pour devancer quelques allusions dans un futur proche, pour tenter de se blanchir dans cette affaire.

 

Commentaire n°1 posté par Foellner Jean-Charles le 22/04/2010 à 20h24

C'est bien de publier vos sources, mais ce qui est  dommage, c'est que vous n'allez pas au bout de l'information !

Pourquoi ne pas indiquer que la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris a conclue qu'il s'agissait d'un faux grossier et que malheureusement le tribunal n'a pas pu trouver le responsable du faux et ce malgré l'audition de plusieurs suspects ?!

 

Réponse de Le Lion de Makanda (LDM) le 22/04/2010 à 21h09

Bonjour, Grand Maître Jean-Charles Foellner,

Je n'avais pas ces informations et vous faites bien de les apporter au public. L'information, vous le savez, est biaisée par les émotions, les intérêts, les humeurs et souvent, on ne livre que le côté du prisme que l'on veut bien que l'opinion aperçoive.  L'information fonctionne comme un "symbole". Votre commentaire aura la vertu d'apporter un peu plus de lumière dans cette affaire.

 

Commentaire n°2 posté par Foellner Jean-Charles le 28/05/2010 à 13h13

« Construire un avenir qui regarde le peuple congolais en face » (c'est beau). Mais, ce n'est pas en publiant des mensonges et des contre-vérités que vous y arriverez.

De quoi s’agit-il ? Enlever le moungouélé de la bouche de vos enfants ?!

 La tête de la GLNF est pourrie ? J'aurais détourné ou touché 250 millions de francs CFA, c'est à dire € 380 000,- ?

Sachez que :

La doyenne des juges d'instruction du Tribunal de Grande Instance de Paris a conclu qu'il s'agissait " d'un faux grossier ".

Je comprends que les journalistes veuillent vendre du "papier", mais trop c'est trop, et je n'ai pas besoin du Congo pour vivre. Je n'y ai jamais fait aucun commerce mais, j'y ai amené des centaines de tonnes de matériel médical, ambulances, salles d'opérations, etc...

J'y ai fait pratiquer des centaines d'opérations ophtalmologiques par des médecins qui ont payé leur billet d'avion, donné de leur temps ou de leurs congés pour "rendre la vue" à certains de vos congénères.

Je suis le Président Fondateur d'Hôpital Assistance Internationale (1990) ONG reconnue d'Utilité Publique. Président Fondateur de la "Fondation" pour la Promotion de l'Homme reconnue d'utilité publique et Président Fondateur de L.I.F.E. (Lien International pour la Fraternité et l'Entraide aux Enfants) (1986). 

Je sillonne le monde à "mes" frais pour aider les plus démunis. Qu'ils soient Catholiques, Juifs ou Musulmans. Moi je suis protestant.

Je suis aussi industriel et je paie l'ISF et je n'ai pas besoin de € 380 000,- çà ne me paillerait même pas une voiture et j'en ai plusieurs (merci mon Dieu).

J'ajoute que çà fait 40 ans que je me démène pour rendre la vie meilleure à certains de mes congénères. Je n'ai jamais demandé un "merci" et je n'en veux pas.

Vous parlez de charlatanisme dans votre article, les charlatans sont ceux qui écrivent n'importe quoi au nom de n'importe quoi.

Maintenant, vous pouvez modérer cette réponse, mais ayez l'honnêteté d'y laisser l'essentiel !

Bien à vous

Jean-Charles Foellner

 

Réponse de Le Lion de Makanda (LDM) le 28/05/2010 à 15h17

Cher monsieur Foellner Jean-Charles,  

Bonjour.

Le verbe mentir ne tient logiquement la route que si je connais la vérité de cette histoire et que je la pervertis sciemment. Or, je l'ignore. C'est par un article envoyé par un citoyen congolais que j'ai eu vent de cette histoire. Je sais que vous essayez de décrédibiliser notre combat mais le public n'est pas dupe. Peu m'importe l'étalage de votre générosité et vos nombreuses voitures ; cela m'amène encore plus à douter de votre grandeur d'ame en tant que fils de la veuve et de la "Lumière". Assurément, l'orgueil n'est pas un péché pour votre Grand Architecte qui ne sait pas guérir du vice.

Je publie votre commentaire tel quel. Le public appréciera. C'est le deuxième que vous postez. Je me demande si vous redécouvrez le texte ou si vous en avez fait une autre lecture sous un prisme différent. Ce n'est pas à moi qu'il faut s'en prendre. Il y a tout de même une interrogation qui plane - notamment s'il y a eu non lieu car il y a tout de même si l'on croit l'article que nous avons cité un papier à en-tête  d'un ministère congolais et le fait qu'on l'ait posté de France ne veut pas dire que c'est forcément un faux : il suffit que son expéditeur s'y trouve. Donc, nous ne savons pas si c'est un faux. Si ça l'est, prouvez-le. C'est à vous d'éclairer la situation. Pas moi. Un Grand Maître doit tenir ses nerfs. A quoi donc vous servent les rites de Memphis, Ecossais, etc,  si  le Grand Architecte ne vous a pas appris à dominer votre ressentiment  et vos nerfs ? Nous nous battons contre une dictature ; peut-être l'ignorez-vous puisque les membres du clan au pouvoir appartiennent à votre obédience. Quand le vice et le crime sont amis de la "Lumière", nous, profanes,  recherchons la part d'ombre. Au moins, on saura que vous n'avez pas besoin de l'argent du Congo...

Le LION DE MAKANDA 

Repost 0
Published by myosotislutece - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 23:24

Mémoiregriot1 

 

Et si l’Afrique maçonnique était l’une des causes de la crise interminable et profonde de la Grande Loge Nationale Française ?

De nombreux Frères sont maintenant convaincus que l’obstination de François Stifani à se maintenir coûte que coûte depuis plus de 20 mois à son poste de Grand Maître cache de sombres raisons.

 Est-ce avant toute chose, l’impérieuse nécessité de préserver ses relations avec des Grandes Loges africaines, dont les plus hauts dignitaires sont souvent aussi des chefs d’Etat ou des ministres en poste ?

Est-ce la nécessité de ne pas rompre des circuits et réseaux qui alimentent les rouages de la Françafrique tant au niveau politique que financier à un moment crucial de la période préélectorale de notre pays ?

 

Nous savons que des liens forts, réputés tissés autour d’intérêts réciproques, apportent à François Stif. des entrées qu’il affectionne tant dans les cercles de pouvoir et notamment celui de l’Elysée.

Il suffit de se remémorer les courriers adressés au Président Nicolas Sarkozy et ceux moins connus échangés avec Claude Guéant...dont les révélations ont soulevé, à juste titre, un tollé au sein de la GLNF.

 

Les faits ont la vie dure, et les rumeurs encore plus. Ce n’est pas que nous souhaitions ressortir des cadavres du placard, mais il nous a semblé important de relire un article paru en juillet 2004 relatant une bien troublante rumeur du temps où Jean-Charles Foell. était à la tête de la GLNF.

Nous le ferons suivre d’un article portant sur le développement de cette affaire qui a égratigné l’image lisse de la Franc-Maçonnerie en Afrique...

 

 

Les querelles Franc-maçonnes franchissent les murs du temple

Source Libération - 30 juillet 2004 - Par Nathalie RAULIN

 

Stupeur et tremblements dans les coulisses de la Grande Loge Nationale Française (GLNF). Mardi 20 juillet 2004, le Grand Maître Jean-Charles Foellner et l'un de ses proches conseillers, le Grand Maître provincial d'Alpes-Méditerranée-Corse et avocat antibois François Stifani, sonnent le tocsin.

Le Conseil d'Administration de l'obédience maçonnique est convoqué promptement au temple de la rue Christine-de-Pisan, dans le XVIIème à Paris, pour un briefing d'importance : une rumeur circule qu'il s'agit d'étrangler au plus vite. Faute de quoi les cartes du pouvoir pourraient être redistribuées sous peu au sommet de la Grande Loge.

 

L'incendie couve depuis début juillet. Plusieurs membres influents de la GLNF reçoivent par courrier anonyme une photocopie compromettante.

Sur papier à en tête de la République du Congo-Brazaville, Rodolphe Adada, ministre des Affaires étrangères du président Sassou N'Guesso, y enjoint le trésorier payeur général de remettre 250 millions de francs CFA (380 000 euros) à Jean-Charles Foellner, Grand Maître de la Grande Loge nationale française ».

La somme est coquette, et la demande non motivée.

La signature du ministre et les cachets congolais semblent conformes aux originaux. La référence à une fonction maçonnique dans un document officiel intrigue.

Mais truquer une photocopie est un jeu d'enfant. Du pli, ses destinataires savent seulement qu'il a été posté à Paris. Impossible donc d'avoir foi en son contenu. « C'est un faux intellectuel mais aussi un faux en écriture publique puisqu'Adada est bel et bien ministre au Congo-Brazaville », dénonce François Stifani.

 

Le 21 juillet au matin, après délibérations, le Conseil d'Administration de la GLNF a décidé de porter plainte au pénal. Histoire de mater une éventuelle fronde. Car en interne certains se disent ébranlés.

Depuis quelques années, la GLNF tisse trop assidûment sa toile en Afrique pour ne pas éveiller leur méfiance.

 

Potentats. Les festivités organisées en décembre 2003 à l'occasion du 90ème anniversaire de l'Obédience ont mis le feu aux poudres. Dans le hall du Grand Hôtel de Cannes, étaient projetées en boucle les images de l'arrivée de deux invités d'honneur, Omar Bongo Ondimba et Denis Sassou N'Guesso, escortés par le Grand Maître de la GLNF tout sourire.

Les hommes en armes qui accompagnent les dirigeants gabonais et congolais font désordre sur la Croisette. « On avait les potentats africains mais pas la République française », s'étrangle un maçon. Surtout, la présence des deux chefs d'Etat en dit long sur l'influence grandissante sur le continent africain de la GLNF, seule obédience reconnue « régulière » par la Grande Loge unie d'Angleterre, réputée mère de la franc-maçonnerie mondiale.

Fort de ces réseaux internationaux « naturels », les 32 000 initiés (revendiqués) de la GLNF ont un accès direct aux 7 millions de frères présents hors de l'Hexagone. Inversement, ses membres peuvent essaimer ailleurs.

Initié en France, Denis Sassou N'Guesso a obtenu courant 2001 de la GLNF la reconnaissance de sa propre obédience. Devenu Grand Maître dans son pays, le président congolais a recruté à tour de bras dans les hautes sphères africaines pour remplir ses loges.

En France, on s'interroge à voix basse sur le prix de cette (re)conquête africaine.

Car les frères ont soupé du scandale. A la fin des années 90, la GLNF a vu sa réputation ruinée par l'affairisme et le trafic d'influence. Avec l'entrée dans le nouveau millénaire, l'obédience veut croire à sa rédemption.

 

Reprise. Elu Grand Maître, Jean-Charles Foellner promet urbi et orbi une opération « mains propres » qui ne fera pas l'économie de centaines d'exclusions. La reprise en main vient, mais pas sur le mode attendu. Les exclusions sont l'exception, en revanche les finances des 23 provinces maçonniques sont auditées.

Au prétexte de faciliter la communication interne, quelque 80 « correspondants et informateurs » sont disséminés dans les loges. A la base, la critique est proscrite. Les archives de l'obédience sont rapatriées au siège de la rue Christine-de-Pisan dont l'ascenseur est doté d'une carte magnétique pour filtrer l'accès au troisième étage, décisionnaire.

L'organisation était pyramidale, elle est désormais centralisée à l'extrême. Une poignée d'initiés détient le pouvoir et en use pour modifier le règlement intérieur, réaffecter les actifs immobiliers, dynamiser une fondation tournée vers l'international. Privés d'informations, les autres redoutent le pire.

 

Mutins. Pour François Stifani, c'est l'évidence. L'attaque est téléguidée par ces « ennemis de l'intérieur » qui veulent renverser Jean-Charles Foellner par « ambitions personnelles ».

Le 17 septembre, le Souverain Grand Comité, sorte de sénat composé de 300 initiés, doit étudier la recevabilité des candidatures en vue de l'élection au poste suprême, début décembre.

Simple formalité à l'accoutumée : il est de tradition à la GLNF que personne ne cherche noise au Grand Maître, pour peu qu'il postule à sa propre succession.

Férule trop rude ? Trop douteuse ? Dès janvier, plusieurs hauts responsables faisaient discrètement part de leur désir de s'opposer à la reconduction de Jean-Charles Foellner.

Selon François Stifani, deux frères sont sur les rangs. Jusqu'à présent, un seul, Gérard Ramond, a fait officiellement acte de candidature. Pour cause : mi-février, sitôt connues ses intentions, sa charge de Grand Maître provincial d'Occitanie lui a été retirée. De quoi inciter les mutins à plus de retenue.

Soupçonnant que les dirigeants de la GLNF voudraient lui attribuer la paternité de la photocopie anonyme, Gérard Ramond a devancé l'appel. Mercredi, dans une lettre adressée au Grand Maître, mais à diffusion large, il indique avoir reçu « anonymement » des « accusations particulièrement graves » auxquelles il réclame que soit mis un terme, pour éviter qu'elles éclaboussent « l'ensemble de notre fraternité comme ce fut le cas par le passé ».

Au passage, Ramond décline toute responsabilité dans ces documents. « J'ai choisi, écrit-il, de faire connaître ma vision du monde à visage découvert sans jamais accepter d'attenter à l'intégrité des personnes. ». Et d'inviter Foellner au « débat d'idées » plutôt qu'à « l'affrontement méprisable ». Un vœu pieux.

 

 

A suivre : La mémoire du Griot - 2


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 20:17

Valisesroissy.jpg

 

L’Afrique bouge également sous les coups des révélations.

Des valises de billets sont saisies à Roissy, et c’est tout le Congo politico-médiatique qui s’agite...

 

Madame Ondongo, née Patricia Saboga, l’épouse de M. Gilbert Ondongo, ministre des Finances du Congo serait-elle la nouvelle porteuse de valises de billets destinées au financement occulte de la prochaine campagne présidentielle française ou des réseaux françafricains du Président Denis Sassou Nguesso ?

 

L’épouse du ministre congolais des Finances aurait été arrêtée à l’aéroport de Roissy le 1er octobre 2011 avec des malles contenant plus de 27 milliards de Francs CFA soit environ 30 millions d’euros.

L’information est pourtant quasiment passée inaperçue dans la presse française.

Mais pas dans la presse congolaise, à une période ou les Congolais n’ont même pas 2 euros par jour pour vivre.

Il faut signaler que Madame Ondongo était déjà dans le viseur des Services des Douanes et de la Police des Frontières Françaises qui avaient jusqu’à ce jour  préféré fermer les yeux.

 

Toutefois, il semblerait que les filets tendent à se resserrer un peu suite aux révélations de Robert Bourgi et consorts. 

Nous pouvons nous demander pour quelles raisons des notables africains prennent depuis quelques temps de tels risques en défiant la PAF ?

 

Certes, de nombreux scandales ont déjà attirés l’attention sur ces trafics mais ils ont été plus ou moins étouffés comme celui du parent de feu Omar Bongo, auteur d’un scandale dans une boutique de la riche Principauté de Monaco repris par le journal Nice-Matin du mardi 04 octobre 2011 : « Un membre de la famille de Bongo fit une razzia de vêtements, payant cash...340.000 euros au moyen de 14 150 billets neufs de 200 euros et de 630 billets encore plus neufs de 100 euros bien rangés dans une mallette. » mais tout cela n’est que menu fretin pour la Police judiciaire...

 

Rappelons-nous également que la Côte d’Azur regorge d’investissements immobiliers effectués par de nombreux politiciens et hiérarques africains avec un argent dont la provenance reste à éclaircir et dont le recensement est en cours.

 

Certaines agences immobilières, appartenant à des personnalités bien connues de la GLNF, pourraient nous livrer de bonnes informations à ce sujet !

D’autant plus que les liens entre Frères semblent très resserrés lorsque l’on visualise les cartographies des sociétés et le nom de leurs mandataires.

 

Décidément, les circuits d’argent semblent relier les hommes (et les femmes) de tous les continents...à suivre !


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 17:37

CIMETIEREGLNF.jpg

 

Fallait-il aller devant Pisan sans un minimum de préparation ?

Fallait-il se donner en spectacle et conforter le fait que la GLNF est vraiment devenue la lie de la Franc-Maçonnerie ?

Fallait-il céder aux injonctions administratives d’un Conseil de Discipline d’un autre âge, non motivé et illégal ?

Fallait-il donner le change aux derniers suppôts de François Stif. et à leurs vigiles ?

 

Aujourd’hui, nous pensons malheureusement que l’opposition n’a pas marqué de point et a maladroitement joué son rôle dans cette affaire.

La manifestation d’une trentaine de Frères devant les locaux de la rue Christine de Pisan à Paris XVIIème laissera des traces dans les medias et les blogs mais elle ne représente pas une victoire décisive pour les opposants à François Stif..

 

Pire, elle conforte les Grandes Loges étrangères dans le fait que le « french bordel » qui sévit à la GLNF est irrécupérable. Nous sommes, par l’inconséquence du profane usurpateur de la fonction de Grand Maître, devenus la honte de la Franc-Maçonnerie au niveau international.

Il suffit de lire, pour s’en rendre compte, le témoignage du Vénérable Maître de la Respectable Loge Duquesne n°48 à l’Orient de Dieppe qui est implacable :

 

« Can it get any worse? I was at a meeting of my London Lodge (Blackfriars) and for the first time ever I felt ashamed to be a French Freemason. I'm not alone in this. I have actually shed tears over this. SOMETHING MUST BE DONE! The Administrator must get of the fence and do her friggin job. I am more than ever determined to see the end of the current administration. I want to be proud of being a member of GLNF. I will never deny my membership but feel uncomfortable when in Great Queen Street. »

 

« Est-ce que cela peut empirer ? J'ai assisté à une tenue de ma Loge à Londres (Blackfriars) et pour la première fois j'avais honte d'être un Maçon en France. Et je ne suis pas le seul à ressentir la même chose. J'ai pleuré des vraies larmes à ce sujet. IL FAUT FAIRE QUELQUE CHOSE ! L'Administrateur doit arrêter de tergiverser et faire son foutu boulot. Plus que jamais, je suis déterminé à voir la fin de l'administration actuelle. Je veux être fier d'être membre de la GLNF. Je ne vais jamais renier mon appartenance à la GLNF mais quand j'entre dans Great Queen Street (le siège de la GLUA), je me sens vraiment mal à l'aise. »

Traduction Winnie – LML in English

 

« Nous  ne cherchons pas à donner une quelconque leçon (nous n’en avons ni l’autorité ni l’envie) de stratégie révolutionnaire, mais il est grand temps de se poser les bonnes questions.

  • Avons-nous envie d’exclure François Stif. de la GLNF ?
  • Souhaitons-nous faire sortir de nos locaux ces faux-maçons qui le soutiennent ?
  • Voulons-nous rétablir l’ordre dans la maison des Maçons ?

Alors, mes Frères, les locaux ne doivent pas être investis par une trentaine de Frères « indignés » mais par plusieurs centaines. Ceci demande qu’une véritable stratégie de reconquête soit mise en place et que l’implication d’un maximum de Frères soit garantie.

Seule une mobilisation au niveau national et l’organisation d’un « meeting de reconquête » aura une chance de réussir ; souvenons-nous des assises de Montreuil où grâce à FMR et au collectif Myosotis plus de 2 000 Frères se sont retrouvés. 

 

Le temps presse. Nous voyons bien que la tactique de l’usurpateur a pris une nouvelle tournure.

  • Ne trouvez-vous pas insupportable que l’entrée de nos locaux soit filtrée par des vigiles profanes armés de listings comportant les noms des Frères et leur situation vis-à-vis du paiement de leurs cotisations, de leur situation de radiés, d’exclus, de bannis de leur obédience à coup de diktat d’un quidam et de ses sbires se prétendant maçons ?
  • Ne trouvez-vous pas insupportable que nous soyons dépourvus de tout pouvoir, juste bon à payer des cotisations d’un montant excessif et non justifié, et sans droit de regard sur l’utilisation des sommes considérables par d’infâmes profiteurs ?
  • Ne trouvez-vous pas que ces gens qui exigeaient de vous de les servir sans rien dire, qui vous intimaient de leur prêter allégeance sur le Volume de la Loi sacrée, ont franchis depuis longtemps les limites du parjure ?
  • Ne trouvez-vous pas qu’il est temps d’arrêter l’hémorragie des départs des Frères vers d’autres obédiences voire l’abandon de leur démarche maçonnique devant de telles turpitudes et de comportements inqualifiables ?

   

La GLNF commence à ressembler à un cimetière où errent de tristes ectoplasmes floués et nostalgiques d’un passé qu’on leur a volé.

   

Triste constat du manque de lucidité d’une opposition morcelée et en panne d’initiative...et toujours dans l’attente d’un lendemain meilleur.

La solution...la solution...

 

 

 

PS : Photos - courtoisie Jean-Luc Adde. Vous trouverez toutes les photos de cette manifestation sur le site de Jean-Luc Adde


Repost 0
Published by Sturm und Drang - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 11:27

ECGGLNF.jpg

 

- Tu crois qu’elle tiendra encore longtemps comme ça ?
- Le pronostic vital est relativement bon,...sous perfusion avec des entrées (convocations judiciaires) et sorties (les honoraires) relativement équilibrées, un suivi régulier et actif (FMR et le collectif Myosotis), des anticorps (les « opposants », les « Indignés »,...) s’opposant de mieux en mieux à la maladie ...
- Mais que penser de la persistance du virus, ce fameux Stifanaecocus degenerecaens  et de la réplication délocalisée de ses mutants, les Gravidicus Malificus ?
La réaction immunitaire est bien développée(les Loges) et le processus de rejet du virus en bonne voie (judiciaire).
- Le cœur (la Fraternité) ne va pas lâcher, alors ?
- Il n’est pas prêt de le faire...malgré les « Brèves » arythmies et la dernière montée du pouls à 101 dont la survenue était assez transparente, le cœur n’a pas été touché. Pour mieux te faire comprendre l’évolution récente, je t’ai préparé un récapitulatif de certains chocs subis par le malade et qui participent de l’étiologie et de la gravité de la maladie...

 

Pour s’y retrouver un peu :

  • Plainte de Frères Lorrains le 07 mars 2011 auprès de la Police Judiciaire à l’encontre de François Stif. en cours d’instruction
  • Création le 24 août 2011 du « Grand Conseil » par François Stif.
  • Vagues d’exclusions et de radiations de Frères « opposants » et Conseils de Discipline orchestrés par les pseudos-Officiers provinciaux liés à François Stif.
  • Audience par la Cour d’Appel de mise en état des pièces le 08 septembre 2011 et report du Jugement au 18 octobre 2011
  • L’ULRF publie le 10 septembre 2011 son Conseil d’Administration provisoire
  • Vagues d’exclusions et de radiations sans précédents de Frères « opposants » et Conseils de Discipline orchestrés par les pseudos-Officiers provinciaux liés à François Stif.
  • Proposition par Maître Monique Legrand d’une réunion de « Reconstitution » de la GLNF prévue le 28 septembre 2011 avec l’ensemble des parties
  • Délibération du Grand Conseil le 09 septembre 2011 sur la tenue d’une « Table ronde » avec « l’opposition »
  • Demande de modification des conditions d’organisation et des attendus de la réunion de « Reconstitution » par l’Opposition « historique » le 14 septembre 2011
  • Confirmation le 14 septembre 2011 de la suspension des relations de la GLUA avec la GLNF
  • Expédition du GLNF101 sous pochette transparente à partir du 18 septembre 2011
  • Création du collectif d’avocats FMR le 18 septembre 2011
  • Multiples candidatures de factions de l’opposition (Groupe des XV) en vue de la participation à  la Réunion de « Reconstitution »
  • Présentation le 23 septembre 2011 d’un « Listing » de personnes pro-Stif. proposées par l’exGM démissionnaire pour l’assister à la réunion de « Reconstitution »
  • Maître Monique Legrand entendue le 22 septembre 2011 à la Brigade Financière de la Police Judiciaire de Paris XIII
  • Courrier des représentants de l’ULRF (Alain Juil., Claude Seil., Dominique Mor.) et de Jean Mur., Jean-Claude Tardi. et Serge Tof. le 23 septembre 2011 exigeant des modifications des attendus de la Réunion de « Reconstitution » prévue le  28 septembre 2011
  • Courrier de François Stif. le 23 septembre 2011 exigeant des modifications de l’ordre du jour et des attendus de la Réunion de « Reconstitution » du 28 septembre 2011
  • Manifestation et nouveau tract des « Indignés de Pisan » le 23 septembre 2011
  • Information de Maître Legrand du report sine die de la réunion du 28 septembre 2011 suite à son entrevue par la Police Judiciaire et des demandes de François Stif.
  • Début des comparutions devant le Tribunal de Grande Instance de Paris le 23 septembre 2011 de Frères Myosotis, responsables de blogs (Sully,...) suite aux plaintes de François Stif.
  • Consécration de la Loge Yves Trest. le 29 septembre 2011
  • Conseil de Discipline National du 06 octobre 2011 afin de valider l’avalanche d’ordonnances d’exclusions et de radiations de Frères « opposants » et de la mise en sommeil de Loges par les pseudos-Officiers provinciaux liés à François Stif.
  • Audience de plaidoiries le 18 octobre 2011 et jugement par la Cour d’Appel de Paris
  • Rendu du jugement par la Cour d’Appel de Paris vers le 15 novembre 2011
  • Proposition de Maître Legrand de la tenue de l’Assemblée générale pour le 07 janvier 2012 (la parenthèse Maître Legrand aura duré 12 mois et coûté environ 950 000 € à la GLNF !)

 

Il reste que la convalescence risque d’être longue après l’éviction du virus Stifanaecocus degenerecaens  et de ses mutants, les Gravidicus Malificus Proliferans.

Tout ça ne va pas arranger les caisses de la Sécu. !


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de myosotislutece
  • Le blog de myosotislutece
  • : Le Blog de Lutèce Tribune libre de Frères de la Province de Lutèce de l'ex-GLNF pour défendre et rétablir les valeurs de la vraie Franc-Maçonnerie.
  • Contact

Recherche

Newsletter