Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 20:17

Valisesroissy.jpg

 

L’Afrique bouge également sous les coups des révélations.

Des valises de billets sont saisies à Roissy, et c’est tout le Congo politico-médiatique qui s’agite...

 

Madame Ondongo, née Patricia Saboga, l’épouse de M. Gilbert Ondongo, ministre des Finances du Congo serait-elle la nouvelle porteuse de valises de billets destinées au financement occulte de la prochaine campagne présidentielle française ou des réseaux françafricains du Président Denis Sassou Nguesso ?

 

L’épouse du ministre congolais des Finances aurait été arrêtée à l’aéroport de Roissy le 1er octobre 2011 avec des malles contenant plus de 27 milliards de Francs CFA soit environ 30 millions d’euros.

L’information est pourtant quasiment passée inaperçue dans la presse française.

Mais pas dans la presse congolaise, à une période ou les Congolais n’ont même pas 2 euros par jour pour vivre.

Il faut signaler que Madame Ondongo était déjà dans le viseur des Services des Douanes et de la Police des Frontières Françaises qui avaient jusqu’à ce jour  préféré fermer les yeux.

 

Toutefois, il semblerait que les filets tendent à se resserrer un peu suite aux révélations de Robert Bourgi et consorts. 

Nous pouvons nous demander pour quelles raisons des notables africains prennent depuis quelques temps de tels risques en défiant la PAF ?

 

Certes, de nombreux scandales ont déjà attirés l’attention sur ces trafics mais ils ont été plus ou moins étouffés comme celui du parent de feu Omar Bongo, auteur d’un scandale dans une boutique de la riche Principauté de Monaco repris par le journal Nice-Matin du mardi 04 octobre 2011 : « Un membre de la famille de Bongo fit une razzia de vêtements, payant cash...340.000 euros au moyen de 14 150 billets neufs de 200 euros et de 630 billets encore plus neufs de 100 euros bien rangés dans une mallette. » mais tout cela n’est que menu fretin pour la Police judiciaire...

 

Rappelons-nous également que la Côte d’Azur regorge d’investissements immobiliers effectués par de nombreux politiciens et hiérarques africains avec un argent dont la provenance reste à éclaircir et dont le recensement est en cours.

 

Certaines agences immobilières, appartenant à des personnalités bien connues de la GLNF, pourraient nous livrer de bonnes informations à ce sujet !

D’autant plus que les liens entre Frères semblent très resserrés lorsque l’on visualise les cartographies des sociétés et le nom de leurs mandataires.

 

Décidément, les circuits d’argent semblent relier les hommes (et les femmes) de tous les continents...à suivre !


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 18:09

asterixgroupe.jpg

 

L’Union des Loges Régulières Françaises organise une série de rencontres dans les provinces afin de sensibiliser et d’informer tous les Frères de la GLNF sur cette initiative qui sert de tremplin pour la Refondation de la GLNF version « Stif. out ».

 

Les prochaines réunions d'information destinées aux Frères de Paris et de la Région Parisienne se tiendront toutes à Neuilly-Bineau au 65, boulevard Bineau 92200 à Neuilly-sur Seine.

 

Afin de pourvoir tenir ces réunions dans des conditions décentes et constructives, l’ULRF procède par anciennes régions selon le calendrier suivant :

  • Province de Rouvray                               Lundi 10 Octobre à 18h30
  • Province de Paris                                      Mardi 11 Octobre à 18h30
  • Province de Paris Grande Arche          Mercredi 12 Octobre à 18h30
  • Province de Neuilly-Bineau                   Vendredi 14 Octobre à 18h30
  • Province de Grande Couronne             Jeudi 13 Octobre à 18h30
  • Province de Lutèce                                  Jeudi 13 Octobre à 18h30 

Les Frères qui ne pourraient pas se rendre aux réunions du début de la semaine sont invités à venir à la réunion commune pour les Provinces de Lutèce et de la Grande Couronne prévue le Jeudi 13 Octobre à 18h30.

Ces réunions doivent nous permettre d’échanger en toute Fraternité sur la situation et les perspectives de sorties de la crise qui secoue notre obédience depuis plus de 20 mois.

 

Vous pouvez découvrir la Lettre d’information de l’ULRF qui récapitule quelques informations générales depuis sa création.

 

Venez nombreux vous ressourcer auprès des Frères de l’Union des Loges Régulières Françaises !


Fraternellement  

 

 

PS : Nous vous rappelons que rien ne vous interdit de participer à des réunions associatives en dehors de la GLNF quoi que l’ancienne gouvernance de l’usurpateur François Stif. prétende...


Repost 0
Published by myosotislutece - dans ULRF
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 23:31

CatLegrand.jpg

 

Suite à la diffusion du courrier du Vice-président du Tribunal de Grande Instance adressé à Maître Monique Legrand et transmis à sa propre demande à tous les Frères de la GLNF, Clause Seil. vient de lui adresser un message.

 

Reprenant d’emblée l’argument de Patrice Kurz sur la dichotomie entre l’association et les affaires maçonniques, le Président de FMR conforte le Juge sur le fait que la « justice n’a pas à intervenir dans les discussions spirituelles au sein de la loge ».

Dans le cadre d’intervention définit par la mission confiée à l’administrateur par le Juge, Maître Monique Legrand « doit toutefois s’assurer que l’administration de l’association GLNF s’accomplit dans le respect des lois et règlements qui la régissent. »

Or, que constate Claude Seil. ? Les errances, pour ne pas dire les erreurs successives de Maître Legrand ont non seulement entraîné une grave confusion dans la gouvernance de la GLNF mais ont réduit à néant les sorties de crise possibles tout au long de son mandat.

 

A l’appui de sa thèse, le Président de FMR rappelle que « la décision du tribunal du 7 décembre 2010 était exécutoire » et que les atermoiements de l’ensemble des acteurs de la Justice « auront fait perdre 12 mois à une association aux mains de personnes indignes. »

Seule une l’Assemblée Générale organisée en bonne et due forme aurait permis à l’association de retrouver l’apaisement et une sérénité indispensable en vue de la refondation de la GLNF.

 

La soi-disant tentative de conciliation du 28 septembre 2011 prévue par Maître Legrand s’est transformée rapidement en fiasco, du fait que cette dernière n’a jamais jouée son rôle d’administrateur, ayant les pleins pouvoirs de décider.

A contrario, elle a laissé François Stif. présenter toute une argumentation et des exigences visant à provoquer l’annulation pure et simple de cette réunion.

 

Par ailleurs, ses prises de positions vis-à-vis de la gestion de l’association ont considérablement fragilisé sa mission.

En prétendant mettre à disposition des comptes où, selon ses dires, elle aurait constaté « des éléments constitutifs de certaines anomalies », en ne diffusant pas les résultats des audits et en avançant qu’aucune  appréhension de la situation de trésorerie n’était disponible, l’administrateur a semé le doute sur la réalité de la situation financière de l’association.

Pire, elle aurait initiée une véritable « chasse aux sorcières » en lançant une campagne de recouvrement des cotisations auprès des Frères, inutilement baptisées « contributions exceptionnelles », et sans fondement juridique.

Par ailleurs, il n’apparaît pas que la situation de la GLNF exigeait une telle action puisque la Trésorerie était estimée au 31 août 2011 à plus de 15 Millions d’euros.

 

Cette campagne inutile, orchestrée par les hordes de pseudo-officiers provinciaux à la solde de François Stif., a entraîné un préjudice moral et civil significatif puisque des Frères ont subi des menaces, des exclusions, des radiations et des Loges ont été mises en sommeil...

Claude Seil. rappelle au Juge Patrice Kurz les conclusions du rapport circonstancié du professeur Lucas indiquant que, dans le cadre du droit associatif, « aucune contribution ne peut être demandée en l’absence d’Assemblée Générale. »

 

Claude Seil. donne, par ailleurs, de nombreux exemples de manquements de Maître Legrand dans la réalisation de sa mission et ayant générés des « problèmes civils tenant à l’administration défaillante de l’administrateur », pour ne pas dire son laxisme coupable :

  • la latitude laissée à François Stif., président démissionnaire, pour poursuivre la direction de l’association, son utilisation des moyens administratifs, financiers et humains ainsi que l’utilisation des moyens de communication de la GLNF,
  • la mise en place de vigiles et les violences à l’encontre de Frères à l’entrée des Temples,
  • la création par François Stif. d’un Grand Conseil, véritable Tribunal d’Inquisition, sans aucun fondement associatif ni existence légale,...avec, comme tendance lourde, la mise en place d’un « processus de dérive sectaire ».

Globalement, ce que reproche Claude Seil. à l’administrateur relève d’un manquement grave et préjudiciable dans l’application de la mission qui lui a été confiée par la Justice de notre pays, mais également négligence dans l’information auprès de Patrice Kurz

De plus, Maître Legrand s’est rendu « coupable d’abus de droit caractérisé » à plusieurs reprises en outrepassant sa mission.

 

Incompétence ou laxisme volontaire ou non ?

Le bilan de la mission de Maître Monique Legrand, dont les émoluments mensuels dépasseraient les 80 000 euros, n’est pas à son avantage.

 

Claude Seil. est en droit de se poser la question sur la réalité et la pertinence de l’information du Juge Patrice Kurz par l’Administrateur qu’il a nommée.

Et, tous les Frères de la GLNF aussi !


Repost 0
Published by L. Desdichado - dans Actualités FMR
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 19:44

337e.jpg

 

Le Haut Conseil du Grand Prieuré Rectifié de France vient de publier un communiqué qui dément les rumeurs que tentaient de répandre quelques affidés de l’Ex-Riendutout sur un prétendu soutien à l’usurpateur déchu.

 

Le Très Révérend Grand Prieur Jacques Bourb.-Pich. a souhaité mettre les choses au clair vis-à-vis de la gouvernance de la GLNF suite à la suspension de la reconnaissance par la Grand Loge Unie d’Angleterre.

 

Même si nous attendions un discours plus tranchant et incisif à l’encontre des hordes stifaniennes qui tentent de semer la dispersion et l’agitation parmi les Frères, nous devons considérer ce Communiqué comme un soutien sans faille du Grand Prieuré Rectifié de France ainsi que de tous les Grands Prieurés Rectifiés du monde à tous les Frères en lutte contre l’obscurantisme qui règne depuis plusieurs années au sein de la GLNF.

 

Le front de l’opposition est maintenant uni, il reste à se concentrer sur l’objectif principal qui est le départ immédiat de François Stif. tout en gardant à l’esprit la belle phrase du Grand Prieur : « Qui se tient en son centre n’est pas troublé par sa périphérie ».


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Actualités GLNF
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 16:14

Legrandassigne.jpg

 

C’est nouveau et ça vient de sortir : Maître Monique Legrand aurait reçu une assignation dans le cadre d’une procédure initiée par certains Frères de Paris Grande Arche.

 

L’administrateur judiciaire de la GLNF va certainement commencer à trouver que cela fait beaucoup puisqu’elle doit faire face à toute une série de procédures engagées par les Frères qui ne souhaitent plus s’en laisser compter.

 

Plus que jamais, la voie de la résistance passe par la mise en œuvre de ce genre de procédures.

Selon le blog Myosotis Paris Grande Arche relayé par le Dauphiné Savoie, l’information court qu’une copie de chaque procédure serait envoyée au cabinet de Claude Guéant, ainsi qu’à l’Elysée. Les relations de l’ex-usurpateur se montreraient relativement inquiètes de la tournure que pourraient prendre les évènements !

  

1eracte : Une Ordonnance :  

   

   

ORDONNANCE

 

NOUS,  Vincent Vigneau

 

Président du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, siégeant en notre Cabinet, au Palais de Justice de ladite ville, assisté de notre Greffier ;

Vu la requête qui précède et les pièces à l’appui ;

Vu l’urgence ;

Autorisons :

L’ASSOCIATION PHILOSOPHIQUE ET CULTURELLE-APHEC, Association régie par la loi de 1901, enregistrée à la préfecture des Hauts de Seine sous le numéro 27010664, ayant son siège social à Puteaux (92800) 30 rue Lucien Voilin

à assigner :

Maître Monique LEGRAND, Administrateur Judiciaire, 13 Boulevard des Invalides, 75007 PARIS, prise en sa qualité d’administrateur judiciaire de l’Association GLNF, dont le siège est à Paris (75017), 12 rue Christine de Pisan, désignée suivant ordonnance de Monsieur le Président du TGI de Paris du 24 janvier 2011.

Aux fins de ladite requête.

-          Le 25 octobre 2011

-          À 9h3 salle B, Rez-de-Chaussée de l’extension du tribunal sous réserve que l’assignation soit délivrée avant le 7 octobre 2011 à 15h

Disons que la présente ordonnance et la requête présentée devront être notifiées en-tête de l’assignation à délivrer.

Fait en notre Cabinet, au Tribunal de Grande Instance de Nanterre (171-191, avenue Joliot Curie, 92020 Nanterre cedex),

Le 5 octobre 2011           (Signature + Cachet faisant foi)

 


2èmeacte : Une assignation en référé :

 

 

ASSIGNATION EN REFERE

D’HEURE EN HEURE

Devant Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de Nanterre

L’AN DEUX MILLE ONZE ET LE SEPT OCTOBRE à 09heures 35

À la demande de :

 

L’ASSOCIATION PHILOSOPHIQUE ET CULTURELLE-APHEC, Association régie par la loi de 1901, enregistrée à la préfecture des Hauts de Seine sous le numéro 27010664, ayant son siège social à Puteaux(92800) 30 rue Lucien Voilin,

Prise en la personne de son Président en exercice, domicilié en cette qualité audit siège.

Ayant pour avocat :  Maître Cédric Morinet

                                    Avocat au Barreau de Paris

                                    Cabinet Acelex-avocats

                                    93 avenue Niel

                                    75017 Paris

                                    Tél :  01 44 09 72 60

                                    Fax : 01 83 64 42 91

Chez lequel elle fait élection de domicile dans le cadre de la présente procédure et de ses suites.

 

J’ai,

         Me Véronique LAFONT soussignée,

         Huissier de Justice, 3 rue Francoeur 75018 Paris

Huissier de justice soussignée,

 

Signifié et en tête des présentes, donné copie entière à :

Maître Monique LEGRAND, Administrateur Judiciaire, 13 Boulevard des Invalides, 75007 PARIS, prise en sa qualité d’administrateur judiciaire de l’Association GRANDE LOGE NATIONALE FRANCAISE, dont le siège est à Paris (75017), 12 rue Christine de Pisan, désignée suivant ordonnance de Monsieur le Président du TGI de Paris du 24 janvier 2011

   où étant et parlant à comme dit in fine

D’une ordonnance rendue sur requête par Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, à la date du 05 octobre 2011

Et par la même voie, et même requête que dessus,

J’ai donné assignation :

D’avoir à comparaître devant Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, à son audience se tenant à l’extension du Palais de Justice, 6, rue Pablo Neruda, salle B, 92020 Nanterre cedex, statuant en référé :

LE MARDI 25 OCTOBRE 2011, A 09HEURES 30 MINUTES

   

Il vous est rappelé que vous êtes tenue :

- soit de vous présenter personnellement à cette audience, seul(e), ou assisté(e) d’un avocat ;

- soit de vous y faire représenter par un avocat.

A défaut, vous vous exposeriez à ce qu’un jugement soit rendu à votre encontre sur les seuls éléments fournis par votre adversaire.

Les pièces fondant la demande sont récapitulées selon le bordereau annexé à la présente assignation.

 

PLAISE À MADAME, MONSIEUR LE PRESIDENT

I-                   RAISONS DE LA DEMANDE

L’ASSOCIATION PHILOSOPHIQUE ET CULTURELLE (ci-après APHEC) est titulaire depuis de nombreuses années d’une convention d’occupation avec la ville de Puteaux portant sur petit immeuble de deux niveaux avec sous-sol sis 28-30 rue Lucien Voilin à Puteaux, lequel constitue son siège social.

En dernier lieu, cette convention a été renouvelée suivant acte du 5 mai 2011, pour un duré de cinq ans. (PIECES N°1ET N°2)

Suivant convention de mise à disposition en date du 6 juillet 2006, l’APHEC a consenti à l’association GRANDE LOGE NATIONALE FRANCAISE (ci-après GLNF) un droit non exclusif d’occupation du local de la rue Lucien Voilin pour un durée indéterminée. (PIECEN°3)

Il s’ensuit que l’APHEC, occupant principal, et la GLNF, sous occupant, cohabitent au sein du local précité.

Par courrier recommandé avec demande d’avis de réception en date du 16 juin 2011, l’APHEC a notifié à la GLNF la dénonciation de la convention de mise à disposition de 2006. Un délai de préavis de six mois a été accordé à la GLNF ; qui devra libérer les lieux au plus tard l 17 décembre 2011. (PIECE N°4)

On précisera ici qu’à la suite de la démission du conseil d’administration de la GLNF, le Tribunal de Grande Instance de Paris a, par décision du 24 janvier 2011, désigné Maître Monique LEGRAND, en qualité de Mandataire ad`hoc afin de pourvoir à l’administration de cette association.(PIECE N°5)

Or, au cours de la seconde quinzaine du mois de septembre, c’est-à-dire en cours d’exécution de son préavis, la GLNF a, sans consultation préalable de l’APHEC, changé toutes les serrures des locaux : en ce comprise celle de la porte d’accès à l’immeuble qui avait été remplacée l’année dernière pour se conformer aux règles de sécurité.(PIECES N°6 ET N°7)

La GLNF, qui a agi clandestinement, n’a remis aucun double des clés à l’APHEC, de telle sorte qu’elle s’est arrogé l’exclusivité de l’accès au local, empêchant de fait les membres de l’APHEC de s’y rendre librement pour y exercer leur activité associative.

L’APHEC se trouve ainsi privée de facto de l’accès libre à ses locaux, qu’elle assure, alors qu’elle en assume la responsabilité, notamment sur le plan de la sécurité, vis-à-vis de la Ville de Puteaux. (PIECE N°8)

Mis devant le fait accompli, l’APHEC a contesté cette voie de fait par l’intermédiaire de son conseil, par télécopie et par lettre recommandée avec demande d’avis de réception en date du  23 septembre 2011, adressée à Maître Monique LEGRAND, ès qualités de mandataire de la GLNF. (PIECES N°9)

Ce courrier contint mis en demeure de lui remettre un trousseau de clés dans un délai d huit jours.

L’APHEC fut ensuite sidérée de recevoir deux factures établies à deux jours d’intervalle, sous enveloppes à son nom, mais libellées à l’ordre de la GLNF, d’un montant total de 1.683 €, correspondant au changement des serrures.

Le serrurier contacté par l’APHEC à réception de ces factures indiquait qu’il avait agit à la demande de Monsieur Michel ZEC. Qui s’était présenté comme le représentant de la GLNF.

Il faut savoir que quelques jours plus tôt ce même représentant de la GLNF avait expulsé sans aucun titre et sans le moindre préavis le traiteur qui assurait la restauration depuis des années dans les locaux de Puteaux et avait procédé à un changement des serrures de la salle des banquets pour lui en interdire l’accès.

Celui-ci avait aussitôt alerté Maître Legrand qui avait répondu qu’elle avait seule qualité pour agir et qu’elle informait aussitôt le Directeur Administratif et Financier «de l’intervention usurpée de Monsieur Michel ZEC. » (PIECE N°10).

Suivant sommation interpellative en date du 30 septembre 2011, l’APHEC rappelait à la mandataire ad hoc la voie de fait intolérable dont elle est victime en lui dénonçant les deux factures successives de serrurerie qu’elle avait reçues ; et en lui demandant d’intervenir immédiatement afin de faire cesser le trouble illicite qui en découle. (PIECE N°11)

À la date de la présente assignation, le mandataire n’a pas répondu à la mise en demeure et à la sommation interpellative précitées.

C’est la raison pour laquelle l’APHEC se voit contrainte d’agir en référé.

 

II-                OBJET DE LA DEMANDE

L’article 809 alinéa premier du Code de procédure civile dispose que : « le Président peut toujours, même en présence d’une constatation sérieuse, prescrire en référé les mesures conservatoires ou de remise en état qui s’imposent, soit pour prévenir un dommage imminent, soit pour faire cesser un trouble manifestement illicite ».

En l’espèce :

Ø      le changement clandestin des serrures du local de la rue Lucien Voillin, en pleine    période de préavis et à la seule initiative de la GLNF, sans avis préalable ou notification adressée à l’APHEC, et sans remise postérieure de double des  clés malgré la mise en demeure et la sommation interpellative adressées à sa mandataire ad hoc ;

Ø      alors que cet immeuble est aussi le siège social de l’APHC ; que la convention de mise à disposition des locaux a été concédée à la GLNF à titre « non exclusif » (article 1) et que le préambule de cette convention rappelle expressément que l’APHEC dispose d’un droit d’occupation principal consenti par la commune de Puteaux « pour exercer son activité associative » ;

constituent un voie de fait intolérable, et caractérisent un trouble manifestement illicite, voire une violation de domicile, qu’il est demandé à Madame le Juge des référés de faire cesser.

En outre, cette voie de fait intervient 10 semaines seulement avant l’échéance du préavis (le 17 décembre 2011) ; ce qui démontre indubitablement la volonté de la GLNF de se maintenir par la force dans le local après expiration de la convention ; de sorte qu’il s’agit cette fois de prévenir la réalisation d’un dommage imminent qu’il est demandé à Madame, Monsieur le Juge des référés d’empêcher.

Par conséquent, l’APHEC est bien fondée à solliciter de Madame, Monsieur le Juge des référés qu’il condamne Maître Monique Legrand, ès qualité de mandataire ad hoc de la GLNF, à remettre à la demanderesse un trousseau des clés, ainsi que leurs accessoires (cartes de propriété), de toutes les serrures qui ont été changées au sein de l’immeuble du 28-30 rue Lucien Voilin à Puteaux, afin de permettre à ses membres en reprendre leur activité associative.

L’injonction sera assortie d’une astreinte définitive à hauteur de 500 euros par jour à compter de la signification de l’ordonnance à intervenir.

Il est en outre demandé à Madame, Monsieur le Juge des référés de rappeler solennellement à Maître Legrand, ès qualité de mandataire ad hoc de la GLNF, l’obligation pour la GLNF d’avoir à libérer le local de la rue Lucien Voilin pour le l 17 décembre 2011 ; étant précisé que, de son côté, l’APHEC lui garantira son droit d’occupation jusqu’à cette date.

En tant que de besoin, il est demandé à Madame, Monsieur le Juge des référés, d’ordonner l’expulsion de la GLNF, à l’expiration du préavis.

Enfin, au regard des circonstances précitées, il serait particulièrement inéquitable de laisser à l’APHEC la charge des frais qu’elle a dû exposer en vue de faire valoir ses droits dans le cadre de la présente procédure. Il s’ensuit que Madame, Monsieur le Juge des référés condamnera Maître Monique Legrand, ès qualités de mandataire ad hoc de la GLNF, à verser à l’APHEC la somme de 2.500 euros en application des dispositions de l’article 700 du code de procédure civile.

Le défendeur sera également condamné aux dépens de l’instance.

 

PAR CES MOTIFS

Vu l’article 809 du code de procédure civile ;

Vu l’article 491 du Code de procédure civile ;

Vu l’article 1134 du Code civil.

Il est demandé à Madame, Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, statuant en référé, de :

-          Condamner Maître Monique LEGRAND, ès qualité de mandataire ad hoc de la GLNF, à remettre à l’APHEC un trousseau complet de clés, ainsi que leurs accessoires (cartes de propriété), de toutes les serrures qui ont été changées ou modifiées au sein du local du 28-30 rue Lucien Voilin à Puteaux ;

-          Assortir cette condamnation d’une astreinte de 500 € par jour à compter de la signification de l’ordonnance intervenir et se réserver le droit de la liquider ;

-          Rappeler solennellement à Maître Monique LEGRAND, ès qualité de mandataire ad hoc de la GLNF, l’obligation pour cette association d’avoir à quitter le local du 28-30 rue Lucien Voilin à Puteaux pour l7 décembre 2011 ;

-          En tant que de besoin, ordonner la libération des lieux par la GLNF et la remise d tous les trousseaux de clés des locaux du 28 rue Lucien Voilin pour le 18 décembre au plus tard ; et ce sous astreinte de 500 € par jour de retard en se réservant le droit de la liquider.

-          Autoriser l’APHEC à faire procéder à l’expulsion de la GLNF et de tous occupants de son chef ; au besoin avec le concours de la force publique et d’un serrurier ;

-          Ordonner la séquestration et le transport du mobilier garnissant les lieux, au choix de la demanderesse, en garantie des sommes éventuellement dues ;

-          Condamner Maître Monique LEGRAND, ès qualité de mandataire ad hoc de la GLNF à payer à l’APHEC la somme de 2.500 € au titre des dispositions de l’article 700 du Code de procédure civile ;

-          Condamner Maître Monique LEGRAND, ès qualité de mandataire ad hoc de la GLNF aux dépens de l’instance.

SOUS TOUTES RESERVES

 

 

Liste des pièces visées dans la présentation assignation et dont copie est donnée en tête de celle des présents

1-       statuts de l’APHEC ;

2-       contrat de location entre la ville de Puteaux et l’APHEC et courrier de renouvellement du 5 mai 2011 ;

3-       convention de mise à disposition entre l’APHEC et la GLNF ;

4-       courrier de résiliation de la convention de mise à disposition ;

5-       ordonnance du TGI de Paris du 24 janvier 2011 ;

6-       facture du serrurier du 14 septembre 2011 ;

7-       facture du serrurier du 16 septembre 2011 ;

8-       attestation s’assurance de l’APHEC ;

9-       mise en demeure du 23 septembre 2011 ;

10-  lettre de Me Legrand du 21 septembre 2011 ;

11-  sommation interpellative du 30 septembre 2011.

Repost 0
Published by myosotislutece - dans Actualités Loges
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 15:33

 

Cavaleriedes-XV.jpg

 

Ca continue....toujours en retard !

S’il y avait un prix pour les cavaleries retardataires, ils auraient le pompon !

Heureusement pour eux, la bataille n’est pas achevée...

Il leur aura fallut 4 jours pour se décider à le rédiger et 2 jours pour diffuser ce Communiqué des ex-GMP déclarant qu’ils rejoignaient l’« Opposition unie » qui elle avait réussi l’exploit de regrouper dans une même Déclaration les signatures de Claude Seil., Alain Juil., Dominique Mor. et Jean E. Mur., plus quelques Mousquetaires retardataires.

Rien de nouveau par rapport à la première déclaration, sauf que l’on ne comprend pas très bien la logique de ces messieurs qui passent sous silence des points essentiels du document original à savoir :

  • À la place de départ, nos XV parlent de retrait !

Ce n’est pas la même chose... Ce que nous voulons a été explicitement écrit par les opposants à savoir le DEPART immédiat de la GLNF de François Stif. Certes, ils ajoutent qu’ils souhaitent qu’une élection soit engagée au plus tôt (ce qui ne veut rien dire). Il serait plus opérationnel de dire la convocation d’une Assemblée Générale dans les 15 jours ! 

  • Ils passent également sous silence, la demande expresse des opposants historiques à savoir « l’arrêt de l’ensemble des mesures contraires au Droit, aux Statuts, Règlements et Constitutions de la GLNF ».

C’est pourtant l’un des points essentiels de la demande des « opposants », car il est évident qu’en l’état, avec un Souverain Grand Comité complètement à la botte de François Stif., de nouvelles Loges créées à la pelle et d’autres mises en sommeil, le vote de l’Assemblée générale ne signifie plus rien et n’est pas représentatif de la teneur des voix majoritaires contre l’ex-GM.


Globalement, ce Communiqué n’apporte rien sauf à signaler que ces ex-GMP souhaitent être associés aux initiatives de l’« opposition » soudée autour des Quatre Mousquetaires.

 

Vous souhaitez les noms de ces « retardataires », les voici (on peut leur faire un peu de pub, même si nous n’oublions pas qu’ils ont été nommé par l’usurpateur, qu’ils ont pour certains œuvré pour lui en appliquant certaines de ses directives iniques !) :

T.R.F. Marc CAI.                  GMP de NEUSTRIE 

T.R.F. Christian DE.            GMP de BRETAGNE 

T.R.F. Pierre CO.                 GMP de LUTECE

T.R.F. Philippe MA.             GMP d’AUVERGNE

T.R.F. Zavoche HO.             GMP de DAUPHINE-SAVOIE

T.R.F. Yves PE.                    GMP de PARIS

T.R.F. Laurent TO.               GMP de ROUVRAY

T.R.F. Alain BE.                   GMP de PICARDIE PLAINE DE FRANCE

T.R.F. Georges DU.             GMP d’AUSTRASIE-CHAMPAGNE-ARDENNE

T.R.F. Philippe GE.              GMP de POLYNESIE FRANCAISE

T.R.F. Jacques PA.             GMD d’ASIE-PACIFIQUE

T.R.F. Jacques STU.           GMP de la VALLEE DU RHÔNE

T.R.F. Jean-Luc VEN.         GMP de MASSILIA

 

Vous aimez la copie ?

Nous, on préfère l’original !

 

PS : Vous aurez également noté qu'une seule signature figure sur le document ce qui diminue tout de même fortement l'impact de l'initiative et laisse planer le doute sur la motivation et l'implication de ce Groupe de XV...Ah, non ! ils ne sont plus que treize ?! ...et encore, il y en a au moins deux qui changent sans arrêt de veste!...Allez, sans rancune,...on vous aime bien !


Repost 0
Published by myosotislutece - dans Actualités GLNF
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 14:24

auditGLNF.jpg

 

Nous nous permettons de reproduire un article de notre Frère Sirius Black du Myosotis Maine Atlantique qui a suffisamment bien écrit ce texte pour que nous n'ayons rien à y rajouter.

Les questions que nous nous posons sont les mêmes, l'indignation et la volonté d'y voir clair aussi fortes.

Lisez cet article qui accompagne l'étude du Rapport sur les audits des Comptes de la GLNF...à méditer afin que nous en tirions toutes les conclusions dont la plus importante : le départ de François Stif.!

 

 

Ephèse 1er nous a déjà adressé moult messages « triomphants » indiquant que TOUS les audits sur la gestion de la GLNF n'avaient décelé aucun problème...que tout était « clair » et que les malfaisants de FMR ou d'ailleurs en étaient pour leurs frais !

Mais, vous commencez à connaître le personnage : Plus il affirme péremptoirement...plus il y a lieu de douter !

 

Les AUDITS :

Ne parlons pas des « Rapports » qu'il a fait établir, à sa demande, par un expert comptable N. GALATAUD et qui ont « révélé », ce que tout le monde savait déjà...à savoir que les additions étaient justes !

Maître Legrand avait, elle, confié une mission d'Audit « illimitée » sur les Comptes annuels des 2 derniers exercices au Cabinet BELLOT MULLENBACH.

Le document diffusé le 30 septembre 2011, comme tout rapport comptable un peu important, ne peut que générer l'incompréhension et la torpeur chez tout « pingouin moyen » qui tenterait de s'y plonger.

Nous l'avons donc fait « décrypter » par un Cabinet Comptable pour qu'il nous en fasse l'Analyse et le Commentaire.

 

D'abord, l'Audit n'a porté que sur le Siège + PACA + Massilia + Paris Grande Arche + Lutèce + Toulouse Pyrénées...soit 44% des Recettes globales...sachant que le budget annuel global de l'Association atteint quand même les 18 Millions d'€ !

 

Ensuite, les travaux ont été menés en partie au moyen d'entretiens avec le Grand Trésorier et le Directeur Administratif et Financier...ce qui est logique.

MAIS le Cabinet relève une certaine ambiguïté entre les fonctions des responsables financiers dont l'étendue respective n'est pas clairement délimitée...étant de surcroît tous deux Grands Officiers Nationaux...nommés par le Grand Maître et, pour l'un deux, au surplus salarié.

Quand on connait les liens de féodalité qui règnent à Pisan et le salaire du Directeur Financier...cela peut nuire au développement de leur esprit critique !

 

La première chose qui frappe dans le Rapport BELLOT, c'est le manque total de transparence envers les membres de l'Association, éventuels votants sur les Comptes annuels ;

Aux Assemblées Générales annuelles, les Résultats et Bilans présentés aux Sociétaires concernent les comptes agglomérés Sièges + toutes les Provinces...les Budgets présentés ne concernent, eux, que le Siège et ne permettent aucune comparaison ni recoupement.

Aux sociétaires lors des AG, il n'est jamais fait communication des engagements financiers et participations pris en leur nom dans les SAI (l'Immobilier)...ni des actionnaires autres...et, notamment les particuliers intervenant dans leur capital.

Et pourtant, les actifs en question représentent près de 60 % du total du Bilan !

Au Passif du Bilan au 31/08/2010 figurent des reprises sous le titre très vague d’« AUTRES RESERVES » pour un montant de... 23 Millions d'€ ! (une paille !). Les sociétaires n'ont jamais été consultés sur l'opportunité de ces « réserves »!

 

Là, réside d'ailleurs la première GROSSE ANOMALIE :

Le rapport BELLOT souligne que ces provisions, outre le fait qu'elles devraient être décidées souverainement par l'Assemblée Générale, devraient faire l'objet d'affectations en « fonds dédiés » afin que les projets auxquels ils sont destinés puissent être identifiés, quantifiés et validés par l'Assemblée Générale.

 

De là, découle la SECONDE ANOMALIE :

Les « Provisions » qui sont discrètement constituées chaque année...et qui devraient être légalement destinées à « garantir des risques » sont, en fait, des AFFECTATIONS de RESULTATS DEGUISEES (et nous parlons de 2,3 à 2,4 Millions d'Euros chaque année) qui se retrouvent à venir gonfler une sorte de « Cagnotte »...tout ceci sans recours à l'Assemblée Générale des sociétaires, normalement seule qualifiée pour décider de l'affectation du résultat sur proposition du Conseil d’Administration et du Trésorier !

 

De là découle la TROISIEME ANOMALIE :

L'emploi inadéquat des « Provisions » a pour effet de MINORER artificiellement le RESULTAT courant de l'exercice...et sert àMAJORER artificiellement le montant des COTISATIONS à appeler sur l'exercice suivant pour « équilibrer » un budget « faussé » par la présentation des résultats précédents.

Chaque année (depuis quand ?), on nous appelle donc des COTISATIONS TROP ELEVEES (de 10 à 20%...mais sur 43.000 cotisants, à raison de 300 à 400 € par tête...vous imaginez la « pelote » « boule de neige » qui se constitue A NOTRE INSU !).

 

Vient ensuite l’ANOMALIE SUIVANTE relevée par le rapport :

Les modes de passation des marchés et autres investissements importants ne font pas l'objet de procédures spécifiques qui puissent être sous contrôle des sociétaires.

Avons-nous été « consultés » ou simplement « complètement informés » sur l'achat de WAGRAM ?  

Au fait, Maitre Legrand a vendu ce bien !

Vous savez COMBIEN et dans quelles conditions ? NON ?

Nous non plus... et pourtant c'est un bien immobilier appartenant à tous les sociétaires.

Nous aimerions d'ailleurs avoir un « Bilan complet de l'Opération WAGRAM » : Prix d'Achat - Frais d'acquisition (et à qui) – Travaux - Impôts locaux - Frais de gérance de Syndic - Montant de la Vente - Frais....

 

L'ANOMALIE la plus GRAVE (moralement) :

Le Rapport BELLOT note que les méthodes et pratiques relevées ne garantissent AUCUNE TRANSPARENCE dans la GESTION QUOTIDIENNE de l'Association, notamment, dans la ventilation des dépenses de gestion courante.

Le montant des frais administratifs parait excessif et seul l'EXAMEN du GRAND LIVRE (qui nous a été promis devant témoins par Maître Legrand...mais qui est toujours reporté sine die) serait de nature à déceler des dépenses abusives !

De même, le rapport note que les bénéficiaires des frais de représentation et autres indemnités de déplacements devraient ETRE IDENTIFIES et leurs dépenses listées en fonction de chaque mission remplies (cela parait être la moindre des précautions !).

 

CONCLUSION (mais non FIN) :

Vous trouverez bien d'autres « anomalies » dans la Pièce-Jointe...en deux mots : TOUT est OPACITE !

Que ce soient les Comptes, les dépenses de gestion ou les participations immobilières,...les sociétaires sont totalement ECARTES du contrôle direct sur des décisions prises de façon exemplairement AUTOCRATIQUE par un Grand Maître et son petit cénacle (Conseil d’Administration, notamment).

 

Les SUITES du RAPPORT ?

Dans le cadre de la mission restreinte qui leur avait été confiée, le rapport BELLOT MULLENBACH conclut prudemment que, sous les réserves que nous venons de voir,les Comptes présentés paraissent raisonnablement sincères et refléter la réalité des comptes sociaux et du patrimoine de la GLNF pour les exercices 2008/2009 et 2009/2010.

Par ailleurs, aucun des points évoqués ci dessus ne peut motiver de plainte pour Abus de Biens Sociaux...dans la mesure où ces pouvoirs ont été donnés régulièrement au fil des ans au Conseil d’Administration par des Assemblées  (même si les finalités précises des modifications intervenues étaient masquées aux sociétaires)

Pas de quoi être Fier, Monsieur Stifani des premiers résultats des audits ! 

 

En CLAIR : Nous sommes tous responsables d'avoir « approuvé » aveuglément pendant des années les Comptes et les budgets présentés...

C'est une raison supplémentaire pour ne pas tolérer la perpétuation d'une telle gestion ! 

 

IMAGINEZ un seul instant une ENTREPRISE qui tiendrait ses Comptes de la sorte...et qui ferait l'objet d'un contrôle fiscal...je ne vous dis pas la tête du Contrôleur...ni le résultat de son rapport...la « Boite » pourrait fermer...et c'est le risque que court aussi la GLNF (pour tout un tas de raisons, toutes liées à son mode de gouvernance...Merci, Messieurs CHARBONNIAUD, FOELLNER et STIFANI !)

 

Continuons la comparaison : Imaginez l'Assemblée Générale des sociétaires qui découvrirait, à l'occasion d'un audit, qu'elle est conduite depuis des années avec une opacité soigneusement organisée...

Que pensez-vous qu'il adviendrait du PDG et du Conseil d'Administration ?..... TOUS  VIRES !

Acceptons-en l'augure !

 

Sirius Black


NB: Pour pouvoir « éclairer » les « anomalies » relevées par l'Audit, Maître Legrand avait décidé (voir Compte Rendu de Réunion approuvée par elle) d'étendre la mission du Cabinet BELLOT MULLENBACH à l'examen, notamment du caractère justifié ou non des dépenses par les fonctions et les missions des bénéficiaires.

Le Cabinet (et nous donc !) attend toujours le nouvel ordre de mission...cet article aura, je l'espère, une suite...un jour !


Repost 0
Published by Sirius Black - dans Actualités GLNF
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 00:06

sauron3.jpg

 

Il est à craindre que l’histoire de la Franc-Maçonnerie retienne une piètre image de la gouvernance des trois derniers Grand Maître de la Grande Loge Nationale Française.

Certes, le grand public et les Francs-Maçons se souviendront longtemps des « affaires » en tout genre qui auront émaillées les vingt dernières années de notre obédience, avec comme épicentre la région PACA (les 3 derniers GM sévissant dans la région).

Mais, ce que nous devons retenir c’est, d’une part, l’inexorable dérive de la gouvernance favorisée par le laxisme coupable d’un Souverain Grand Comité et la manipulation perverse des textes réglementant notre association, et d’autre part, l’assujettissement progressif des membres à un homme et à un pouvoir administratif en expansion permanente.

 

Il est notoire que la situation d’extrême gravité pour la survie de notre Fraternité à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés est la responsabilité d’un seul homme.

Mais, l’ex Guide auto-déclaré, véritable instigateur de la décadence de la GLNF, ne serait pas grand-chose sans ceux qui répercutent en les amplifiant ses directives.

Et si la personnalité de l’usurpateur des valeurs de la Franc-Maçonnerie est inquiétante, celle de ses affidés l’est plus encore.

La conjonction mortifère de ce couple d’acteurs explique grandement le scénario qui est en cours de réalisation sur un mode crescendo.

 

D’aucun y verront la trame d’un drame épique où un Gourou a réussi à assujettir des Frères pour les transformer en maîtres d’œuvres de son délire paranoïaque.

La soumission de la masse de Frères manipulés, dépendants et soumis vient compléter le tableau d’une décadence sociologique menant à une secte dirigée par un Gourou.

 

Mais, pour être tout à fait clairvoyant, comment se caractérise un Gourou ?

C’est un individu dont l’origine de la déviance repose sur une forte volonté de notoriété, un attrait irrésistible pour le pouvoir, la puissance financière et affective.

Craint et adulé, le Gourou est :

  • Un esprit brillant et une intelligence développée 

Loin d'être idiot, le Gourou tire sa grande force de persuasion de ses discours structurés, cohérents, brillants et difficilement contestables qui emportent la conviction car sa force de raisonnement est difficilement contestable (en fait ce sont les fondements de ses théories qui sont erronés, déviantes ou délirantes).

Véritable opportuniste, il absorbe tout ce qui pourra lui servir plus tard.

Joueur né et très doué, il maîtrise parfaitement les techniques de bluff.

  • Une personnalité paranoïaque 

Poussé par ses délires mystiques, le Gourou est persuadé qu'il est investi d'une mission transcendante et sacrée. Par le biais de visions ou de révélations, il se sent et se sait désigné pour être le chef spirituel d’un groupe d'élus destinés à l’amener vers une conscience supérieure.

  • Un séducteur et un bon « communiquant » 

Le Gourou est un fin psychologue qui parvient toujours à repérer rapidement les fragilités de ses disciples.

C’est un orateur charismatique ayant un fort ascendant sur les autres, une forte assurance qui emporte l'adhésion.

C’est aussi un charmeur indéniable qui, pour recruter des adeptes, peut les séduire, les rassurer, les déstructurer, les soumettre et les refaçonner à sa façon.

Il utilise des discours paradoxaux et contradictoires afin de  dérouter et déstabiliser, tromper et empêcher d'être mis en accusation. Ainsi, il se dresse en défenseur des opprimés pour pouvoir mieux opprimer et tyranniser ses disciples.

  • Un individu à l’imagination débordante

Renforcé dans ses convictions par l'adulation de ses adeptes et par le rayonnement croissant de sa puissance, le Gourou développe une imagination délirante et devient progressivement un affabulateur, un menteur puis une véritable mythomane.

  • Un mégalomane

Le Gourou est animé par une grande volonté de puissance qu'il assouvit de différentes façons complémentaires :

  1. en créant un groupe, force sur laquelle repose sa stratégie de conquête, il s'assure le pouvoir.
  2. en imposant un message ou une doctrine spécifique, il s'accapare le savoir.
  3. en entretenant la dépendance de ses adeptes par divers moyens (honneurs, prébendes, compromissions,...), il règne sans partage.
  4. en s'appropriant progressivement le pouvoir financier, il décuple son pouvoir et...s’enrichit.
  • Un persécuté

De part sa structure paranoïaque, le Gourou est sujet au complexe de persécution, entraînant systématiquement ses disciples dans sa folie, en particulier dans son délire de persécution.

Cette paranoïa collective, souvent voulue pas le Gourou, contribue à renforcer la cohésion du groupe.

Toutefois, il craint le regard social, le fait d’être dénoncé pour certains de ses agissements qu’il sait (consciemment ou inconsciemment) répréhensibles.

Par ailleurs, le Gourou n'admet pas d'être contredit et croit voir des ennemis dans toute personne un peu trop critique à son égard. Il craint la concurrence d’une autre forte personnalité, au sein du groupe et fera tout pour la détruire.

Afin de contrer toutes ces menaces réelles ou imaginaires, le Gourou mélange les manipulations, les promesses de récompenses aux adeptes soumis et obéissants, les punitions ou menaces envers les adeptes critiques ou fortes têtes.

Il crée ainsi une pression permanente sur ses sujets qui les empêche d’être clairvoyants.

  • Un agressif et un combatif permanent

Se croyant persécutés, le Gourou et ses adeptes deviennent rapidement de véritables bourreaux et persécuteurs. Tout est prétexte pour servir la bonne « cause » de la secte, des procès contre les membres ou associations et collectifs qui se chargent de les dénoncer, aux menaces à l'égard d'anciens disciples qui peuvent parfois devenir inquiétantes et mener à la violence.

Persuadé d’être une personne exceptionnelle investie d’une mission divine, le Gourou ne souffre aucune opposition. Il veut gagner à tout prix et par tous les moyens en faisant souvent abstraction des valeurs morales.

 

Avec ce tableau où l’on peut retrouver tous les traits de caractère de notre « Illuminé du 3ème étage », nous pouvons nous demander comment un homme intelligent ne se reconnaît-il pas, n’a pas l’ouverture d’esprit - ou la sagesse - pour prendre en compte la contradiction et se remettre en cause ?

C’est sans doute parce que le Gourou est sincère, tout aussi sincère que ses disciples à son service, mais abusé par son propre ego, il abuse ensuite ses adeptes, mais c’est surtout parce qu’il s’identifie complètement à cet ego.

 

Mais, ce qu’il y a de plus inquiétant dans cette description adaptée à la situation que vit la GLNF, c’est qu’il se dégage en filigrane l’importance du rouage servile des affidés mais également la masse des Frères silencieux, supporters, par désintérêt des choses de pouvoirs, inconscients d’un despotisme délétère pour notre obédience.

 

Ainsi, nous pouvons à juste titre nous poser la question de savoir si la dégénérescence du pouvoir critique de nos Frères affidés à un dicteur délirant est réversible ?

  • Si, oui, c’est une lueur d’espoir qui nous permettra de repartir sur des bases fraternelles.
  • Si, non, il est à craindre que la folie d’un seul homme, portée par une masse aveuglement servile, ne précipite la chute de la maison des Maçons vers une dérive sectaire.

Mais, nos Frères sont avertis...ce sera sans nous !

 


Repost 0
Published by Le ROI - dans Paroles de FF
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 09:00

Vachequirittheatre.jpg

 

Bien que les évènements de ces derniers jours aient rendus le climat plutôt tendu à la Porte de Pisan et dans tous les hauts-lieux de la Stifanerie, de très nombreux Frères gardent le moral et instillent de la Joie dans les débats.

C’est le cas de TONTON BERETTA DE LA BUTTE, Frère bien connu et Modérateur du Blog Myosotis-Batignolle.

Avec son autorisation, nous nous permettons de reproduite l’un de ses textes savoureux. Merci, Tonton !

 


Mes Très Chers Frères,

 

Bien que n’ayant pas payé mes cotisations, j’ai trouvé la solution pour passer le barrage de PISAN !

J’ai collé une image de la « vache qui rit » sur la carte de la GLNF !

C’est imparable !

Je vais vous le démontrer.

 

Cette bonne « vache qui rit » est rouge et blanche (il y a de l’Ecossais dans tout cela) et en plus c’est la couleur du Tricycle de mon copain Acacia.

Un Vigile, « Gros bœuf » de par sa naissance ne pourra que s’écrier MAMAN en voyant l’image de notre bonne « vache qui rit » !

Sachant que nous sommes des « Vaches à lait », notre bonne trayeuse (je ne vais pas écrire son nom, elle va porter plainte) me reconnaitra comme telle...et le tour est joué !

 

Comme il est inscrit dans le nouveau Rituel de la GLNF(le Rituel Hiram est complètement dépassé) à la section Tuilage :

  • Alors, mon Con, êtes-vous une bonne grosse vache à lait (qui rit quant on la…) ?
  • Les Affidés me reconnaissent comme tel !
  • D’où venez-vous, Ma bonne grosse vache à lait qui rit ?
  • De ce qui fut une Loge, devenue étable aux odeurs de porcherie !
  • Qu’en apportez-vous ?
  • Du pognon et de l’oseille.
  • N’en apportez vous rien de plus ?
  • Des Chants à la gloire du Chef, le « GRAND MEUMEU ».
  • Qui fait-on ?
  • On y élève des Temples à la couardise, aux mensonges et à la veulerie. On y creuse des Cachots pour le bétail récalcitrant.
  • Que demandez-vous ?
  • Une place pour Me faire Traire, voire plus si affinités…
  • Cette place vous est acquise, ma bonne grosse vache à lait...qui rit.

 

 

C’est devenu PIRE que dans le Profane…Merci François.

 


Remerciements : Myosotis-Batignolle -Tonton Beretta de la Butte


Repost 0
Published by TONTON BERETTA DE LA BUTTE - dans Paroles de FF
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 00:43

Interview jacques perret

 

Vous ne le savez sans doute pas mais le magazine Franc-Maçonnerie Magazine est jugé devant le tribunal de Grande Instance de Paris suite à une plainte en diffamation déposée par François Stif. au mois d’octobre 2010.

Cette plainte vise un entretien d’Hélène Cuny, la Directrice de la Publication FMM, avec l’ancien Grand Maître Provincial de Grande Couronne de la GLNF, Jacques Perr..

Nous vous proposons de lire attentivement cette interview afin de vous rendre compte de la teneur de la plainte déposée par l’ex Gourou auto-déclaré...

Du grand n’importe quoi... et déjà il y a un an !

 

 

Hélène Cuny : Pourquoi avez-vous refusé de comparaître devant le conseil de discipline national de la GLNF, prévu le 22 juillet 2010?

François Stifani a décidé de traduire devant le conseil de discipline tous ceux qui résistent à l’entreprise de démolition de l’obédience à laquelle il se livre. Je m’honore donc de faire partie de ces « charrettes ». Pour autant je n’entends pas me rendre à cette convocation, car je dénie toute légitimité à ce conseil de discipline et ne souhaite pas m’associer à cette triste parodie de « justice maçonnique ». J’estime en fait que s’il devait y avoir un conseil de discipline, ce serait pour demander des comptes à François Stifani pour le tort qu’il cause à la GLNF.

 

HC : Qu’attendez-vous de cet acte ?

J’ai donné à mon refus le caractère de ma lettre ouverte du 26 juin. Si j’ai usé de ce procédé inhabituel chez les Maçons, c’est que j’estime qu’il ne s’agit pas ici de mon sort particulier, mais bien de l’avenir de la GLNF. Mon refus de me rendre à la convocation du Conseil de discipline n’est donc pas un acte de révolte, mais un acte de foi et de respect pour l’obédience que je sers depuis près de 35 ans. Il était nécessaire d’en appeler publiquement aux Frères de la GLNF afin qu’ils mesurent dans quel état de déliquescence se trouve l’obédience et qu’ils sachent que des milliers de Frères ont décidés de s’opposer à sa mise en coupe réglée.

 

HC : Devant le refus de François Stifani de prendre en compte les difficultés de l’obédience, seriez-vous prêt à manifester devant le siège de la GLNF ?

Il n’est pas dans mes habitudes de manifester dans les rues…L’opposition à François Stifani est désormais structurée, elle s’exprimera, malgré les exclusions et les intimidations, lors de la prochaine Assemblée générale civile etpar le réseau « F.M.R » (Franc-maçonnerierégulière), sur le Web et dans les médias.

 

HC : La prochaine assemblée générale civile de la GLNF est fixée au 16 octobre. Qu’en attendez-vous ?

La précédente A.G civile de la GLNF s’était soldée pour l’actuel grand maître et son équipe par un désaveu total. Sur toutes les questions essentielles: rapport moral, quitus budgétaire, budget prévisionnel, F. Stifani avait été mis très largement en minorité. Contrairement à tous les usages démocratiques dans une association, contrairement aux statuts, l’actuel grand maître a totalement ignoré la défiance qui s’était exprimée en décembre dernier. J’attends de la prochaine Assemblée générale civile qu’elle soit le « dernier tango à Paris » de François Stifani et qu’il tire enfin les conséquences que son sens de l’honneuret surtout, le sens qu’il devrait avoir de l’intérêt de la GLNF devraient lui dicter. Je subodore que François Stifani voudra profiter du renouvellement partiel des membres de l’AG (les vénérables et les premiers surveillants) pour « reprendre la main » ; je pense qu’il se berce d’illusionset qu’il ne mesure pas qu’il est complètement coupé des Frères qui découvrent, article de presse après article de presse, blog après blog, l’étendue des errements de leur grand maître et de son « premiercercle ». Cette assemblée générale doit être pour la GLNF celle où l’on tournera définitivement la page Stifani pour en écrire une nouvelle, conforme à nos valeurs et à notre mission au sein de la franc-maçonnerie de France.

 

HC : Les Frères de la GLNF ne se reconnaissent plus en François Stifani. Quel avenir envisagez-vous pour l’obédience ?

Vous avez raison, François Stifani n’a plus aucune légitimité à la tête de la GLNF. L’urgence aujourd’hui, c’est son départ immédiat et inconditionnel. Dèsque cette page peu glorieuse de notre histoire sera tournée, je suis convaincu que nous assisterons à un retour au calme. Il faudra très probablement nommer un administrateur provisoire, puis réformer la « gouvernance » de la GLNF, afin d’éviter à l’avenir toute dérive autocratique, peut-être aussi revoir les statuts. Il faudra de toutes manières abandonner sans esprit de retour la course aux adhésions et la compétition avec les autres obédiences maçonniques françaises. François Stifani se rêvait comme le plus grand maître de la plus grande obédience !

Cette mégalomanie est absurde et doit cesser. La course effrénée aux adhésions est d’ailleurs pour beaucoup dans l’état actuel de l’obédience : initiations hâtives, formation maçonnique approximative, cordonite, sont les effets délétères de cette politique. Je pense aussi que le montant des cotisations devra être revu, tout comme la gestion financière de la GLNF et de ses fondations.

 

HC : Dans ce contexte difficile, gardez-vous un certain optimisme ?

Je souhaite vous dire que la GLNF vit aujourd’hui pour la première fois de son existence une sorte de cauchemar : un grand maître qui a totalement perdu ses repères maçonniques, une chasse aux sorcières au sein de l’obédience, des risques d’éclatement. Il y a péril en la demeure. Il faut en sortir !

L’avenir n’est envisageable qu’en rompant avec cette spirale infernale. La tristesse que j’éprouve aujourd’hui en vous disant cela ne m’empêche pas de nourrir l’espoir d’une refondation de la GLNF et d’un recentrage sur ses valeurs fondatrices, d’un retour à la paix dans nos temples où chacun aspire à former à nouveau la chaîne d’union.

 

 

Source FMM et "La Lumière-L'express"

Repost 0
Published by myosotislutece - dans Actualités GLNF
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de myosotislutece
  • Le blog de myosotislutece
  • : Le Blog de Lutèce Tribune libre de Frères de la Province de Lutèce de l'ex-GLNF pour défendre et rétablir les valeurs de la vraie Franc-Maçonnerie.
  • Contact

Recherche

Newsletter