Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 15:00

Pardon.jpg

Pompeo Girolamo BATONI 1708-1787

 

« A celui qui insulte le Père, il sera pardonné. Et à celui qui insulte le Fils, il sera pardonné, mais à celui qui insulte le Souffle Saint, il ne sera pas pardonné ni sur la terre ni aux ciels. » Evangile de Thomas-logion 44


S'il y a bien une attitude qui caractérise notre démarche de Franc-Maçon, c'est notre confiance indéfectible dans l'homme.

A la faute, nous tendons à opposer le Pardon car nous savons que la nature humaine tend vers le bon, même s'il nous faudra développer des trésors de patience enveloppés d'optimisme. Mais, nous le savons, l'humanité ne progresse que par le Pardon car lui seul permet de se tourner de façon inconditionnelle vers l'avenir et la paix.

Les anciens distinguaient trois phases dans le Pardon sincère :

  • la prise de conscience de l'action négative 
  • le regret 
  • la réparation

Et, par-dessus tout, le Pardon ne peut pas s'exprimer uniquement que par des paroles, il doit provoquer une modification profonde de notre âme, agir comme une véritable « conversion intérieure ».

Depuis l'épisode du Veau d'or, la Loi juive nous enseigne que les pires offenses faites à D. ou à son Fils, qui n'est autre que notre Frère, sont pardonnables.

Elles le sont parce que dans leur sagesse les anciens savent que les relations qui unissent des Frères entre eux sont complexes et que la vie n'est qu'une succession d'ajustements et de réajustements.

En tenant compte de nos erreurs, nous progressons dans la voie de l'éveil, de la connaissance des autres et de nous-même.

C'est en ce sens que le Pardon, en tant que facteur de progression de l'homme vers la sagesse est salutaire et peut être considéré comme le plus puissant exercice spirituel.

 

A l'opposé, le blasphème contre l'esprit s'avère d'une autre nature.

Il est dit que s'en prendre à l'esprit, c'est s'attaquer au principe même de la relation, c'est insulter le cœur de la reliance d'homme à homme, de Frère à Frère.

Et par-delà, c'est remettre en question l'ontogénèse de la Création qui veut que le multiple procède de l'Un.

Quelle est donc la nature du blasphème contre l'esprit ?

C'est introduire une relation perverse entre les choses, c'est se mentir à Soi et aux autres. C'est faire croire que l'on est différent, que l'on détient un savoir, une vérité, un secret que les autres n'ont pas et que l'on ne possède pas également.

Il y a là un combat à mener contre les « maîtres » de tout poil, les gourous, ceux qui détiennent le monopole de la vie spirituelle, qui se prévalent d'un savoir et qui font croire que l'accès à l'indicible ne passe que par eux.

Il n'y a pas de pitié à avoir vis-à-vis de ceux qui blasphèment contre l'esprit, ceux qui pervertissent la relation des hommes aux mystères de l'être.

Il ne peut y avoir de Pardon car eux-mêmes ne savent pas pardonner. Ceux qui du haut de leur morgue, s'autorisent à juger leurs Frères et les excluent s'ils n'obéissent pas à leur vision étriquée de la Loi.

 

" L'homme pervers profite de notre capacité à faire le bien pour s'immiscer dans nos cœurs en gauchissant un bon message en mauvaises intentions. Le mal, pour nous séduire, revêt les habits de la vertu sans lesquels il ne pourrait pas avoir l'emprise qu'il a sur nous.

Nous constatons cela en politique tous les jours : ces dictateurs qui nous promettent la paix pour mille ans, la prospérité, la sécurité, l'amour des citoyens, qui flattent cet instinct de l'harmonie, pour instaurer la barbarie et le meurtre". Franck Lalou

 

Nous en faisons malheureusement l’expérience en Franc-Maçonnerie au sein de notre obédience et pouvons constater les dégâts que cela occasionne dans notre Fraternité.

 

De véritables barrières se sont levées entre des Frères suscitées par les attiseurs de la « troublance » et de la division.

Elever des barrières c'est aller contre le sens profond de la vie, c'est empêcher que notre démarche spirituelle, faite de libres cheminements, s'accomplisse dans la nécessité de la rencontre.

Aussi, que penser de ces Frères qui ont été jusqu’au bout d’une logique délétère, soutenus l’insoutenable : la perversion de nos valeurs, le parjure envers des serments séculaires, les violences envers leurs Frères,... ?

Le Pardon envers ces suppôts aveugles de François Stif. est-il réellement concevable ? Sans doute devrons-nous « séparer le bon grain de l’ivraie », mais à partir de quels critères ? Devons-nous tenir compte d’un quelconque repentir, clé d’accès vers un Pardon sincère...

Et ceux qui l’envisage n’ont-ils pas eux-mêmes quelques arrières pensées en vue de la phase de refondation de la GLNF ?

 

Salutaire en ce sens, cette crise nous contraint à explorer en profondeur la définition que nous donnons de « Frère » et de « Franc-Maçon » ne serait-ce que pour pouvoir tendre la main à ceux qui étaient dans l’erreur et l’aveuglement et qui ne voulaient pas se l’avouer.


Partager cet article

Repost 0
Published by L. Desdichado - dans Billet Myosotis Lutèce
commenter cet article

commentaires

Raoul 02/11/2011 19:57


bonsoir mes T.C.F
Réaction a la lecture de l'article sur le pardon et des commentaires, il me semble, que le pardon, n'est jamais dû comme ça sans rien faire.
d'abord il faut que la personne qui cause un tort, demande à être pardonnée, et, si c'est possible, alors on peut accorder le pardon.
Ensuite si le pardon est accordé, c'est l'arrêt de la vengeance, mais en aucun cas celui de l'oubli.
il ne faut jamais oublier.
cette destruction ne doit jamais être oubliée.
3 bises aux miasmes du monde entier Raoul


myosotislutece 02/11/2011 23:10



Tout à fait d'accord avec toi, mon Frère. L'article aborde sans trop le développer la nécessité de ce que l'on peut appeler le repentir après prise de conscience de la "faute".


Même si nosu sommes de nature optimiste, nous sommes loin de penser que la garde rapprochée de FS puisse un jour avoir conscience de la gravité de leurs fautes et encore moins demander pardon.
Mais, on peut rêver.


Par contre, il n'a jamais été question d'oublier. Cela serait trop facile.


Mais nous n'en sommes pas encore là...la route est longue avant que d'avoir une esquisse de prise de conscience des hordes stifanienne...


Fraternellement à toi.



TONTON BERETTA DE LA BUTTE 02/11/2011 18:42


Je crois que le pardon est actuellement en vacances , je crois meme que dès son retour il sera tres occupé ...
Tribiz


Présentation

  • : Le blog de myosotislutece
  • Le blog de myosotislutece
  • : Le Blog de Lutèce Tribune libre de Frères de la Province de Lutèce de l'ex-GLNF pour défendre et rétablir les valeurs de la vraie Franc-Maçonnerie.
  • Contact

Recherche

Newsletter