Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 17:45

JANIS

En tant que Francs-Maçons, membres de la Grande Loge Nationale Française, certains d’entre nous sont troublés, déstabilisés, inquiets ou révoltés par une situation devenue incompréhensible voire aberrante au regard de l’objet de notre association.

Le hasard m’a fait découvrir que nous sommes probablement victimes de l’effet « Janis ».

Irving JANIS (1918-1990) est un chercheur en psychologie de l'Université de Yale qui a développé le concept de pensée de groupe (ou pensée groupale) ou GroupThink dans les années 70 en analysant quelques fiascos politico-militaires américains particulièrement retentissants.

 

La pensée groupale ou effet « Janis » désigne le fait qu’à l’intérieur du groupe se développent des mécanismes psychologiques qui incitent les individus à rapprocher leurs points de vue les uns des autres, à développer une cohésion qui leur fait prendre des positions irrationnelles.

 

La pensée groupale se caractérise, en particulier, par le fait que les individus du groupe ne tiennent plus compte des réalités extérieures, cherchent à établir un consensus sur la solution la plus acceptable pour sauvegarder la cohésion du groupe et éviter les discussions susceptibles d’être sources de conflits.

De ce fait, la décision prise est souvent boiteuse de type « consensus mou ».

Le danger d'un tel phénomène est que le groupe peut prendre de mauvaises décisions ou des décisions irrationnelles, même si les individus du groupe auraient personnellement pris une autre décision. 

De manière moins dramatique, le résultat peut être une décision collective qui ne satisfait personne car elle n'est pas le résultat de la concertation des différents besoins de chaque individu.

 

Concrètement, un certain climat de complicité cherche à s’instaurer dans le groupe. Les membres évitent de prendre des initiatives ou de suggérer des contre-hypothèses.

La solution préférée initialement par le groupe est soutenue de façon sélective ; le groupe aveuglé par ses préjugés est victime de l’esprit de corps qui tend à étouffer toute pensée critique indépendante.

La pensée groupale comporte plusieurs aspects qui interviennent dans les prises de décision :

  • le sentiment d’invulnérabilité qui fait que le groupe peut, par exemple, se croire au-dessus des lois.
  • la conviction d’être dans son bon droit.
  • la tendance à dénaturer une information contraire à la décision du groupe.
  • les pressions exercées sur les membres afin qu’ils soutiennent la décision majoritaire.
  • la tendance des membres à construire des stéréotypes concernant des personnes opposées à leur décision.

Les membres d’un groupe sont plus intéressés et préoccupés à sauvegarder leur cohésion ou à défendre le groupe contre des menaces externes qu’à trouver et à aboutir à une décision rationnelle.

 

D’après l’ouvrage « La psychologie des groupes » d’Alain Blanchet et Alain Trognon, cinq conditions prédisposent à l’effet « Janis » :

  1. la cohésion élevée du groupe.
  2. l’isolement par rapport au corps social ou à d’autres groupes.
  3. l’absence de définition de la méthode dans le travail du groupe.
  4. le leadership très directif.
  5. la situation globale anxiogène et stressante.

D’autre part, deux symptômes principaux émergent :

  • l’illusion collective : illusions de moralité, de rationalité, d’unanimité, et d’invulnérabilité du groupe.
  • la censure collective qui s’applique à soi-même et aux autres. Les membres du groupe préfèrent garder leurs opinions divergentes pour eux, plutôt que de déserter le navire.

Enfin, quatre caractéristiques signent les décisions prises par effet « Janis » :

  • la pauvreté de l’information recherchée.
  • les biais et les distorsions dans le traitement de l’information et la définition des objectifs.
  • l’absence de prise en compte des risques potentiels que la décision comporte.
  • le manque de recherche d’alternatives logiques et cohérentes.

Par ailleurs, il existe une véritable pression à la conformité sur les individus. Ceux-ci doivent absolument s’aligner sur la volonté du groupe, ne pas être en désaccord avec lui, sinon ils sont véritablement ostracisés, c’est-à-dire écartés des débats, voire sanctionnés ou expulsés.

Pour qu’un groupe cohésif évite cet effet, il doit accepter les divergences, les désaccords, et ne pas rejeter les arguments neufs et les solutions originales.

 

Il faut impérativement nous imprégner de ces notions particulièrement parlantes au regard des évènements, de leurs causes et conséquences, qui ont secoués la Grande Loge Nationale Française depuis bientôt deux ans.

 

Rester lucide est un devoir tout comme garder son esprit critique est un droit pour tout Franc-Maçon.

 

 

 

Références : La psychologie sociale - Gustave-Nicolas Fischer  et le Site internet http://pierre.coninx.free.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Hyerlé - dans Paroles de FF
commenter cet article

commentaires

Comme tout gaiveur 23/08/2011 19:27


Bien vu !
Pour les commentaires aussi...!
Et d'accord avec Yunus. Le seul conseil qui vaille aujourd'hui pour tous ceux qui participent à cette mascarade de maçonnerie orchestrée par FS c'est DEHORS !


yunus 23/08/2011 18:17


L’happeau d’Ephesse
La prochaine ouverture de la chasse à la palombe a du inspirer le Basco Béarnais bâillonné de « là virons les tous » Monsieur le Provisoire A.C. dit Assez ! plutôt deux fois qu’une, l’ami de Louis,
avec qui il partage les deux fois dont celle du charbonnier :
« dis moi Alain tu crois en quoi ?
-Toujours je crois ce qu’Ephesse croit ;
Mais Ephesse, il croit en quoi ?
-Il croit ce que je crois… »
O.K., circulez, y a rien à voir…
et après nous avoir pondu sa brève du 13 out, texte amphigourique mais néanmoins creux où il est question de : « Nous aurons prochainement l’occasion de vous présenter notre Projet pour la GLNF.Il
est construit par les conclusions de la mission d’étude voulue par le Grand Maître et se nourrit d’apports divers. » Il a du trouvé auprès de son joyeux pole des Spirituels l’idée de création du
Grand Conseil, repris par son saigneur et mettre Ephesse 1er.
Quelle bande de rigolos ! Le Grand Conseil !!! Mais ça fait longtemps qu’on vous l’a donné : « TIREZ-VOUS et VITE !!! »


Police Fiston 357 23/08/2011 16:05


Nous vivons minute par minute la fin d'un dictateur...
La comparaison s'arrête hélas là car d'un côté un peuple s'est pris en main et de l'autre des frères restent dans l'expectative d'un changement dont ils ne sont pas directement acteurs !
Tous ceux qui se présentent comme de "nouveaux recours" ne sont que les anciens participants des mascarades orchestrées par la même bande des Trois.
Il y a une urgence pour tous les Frères de base : ouvrir les yeux sur l'inanité et la superficialité des Frères qui souhaitent parler en notre nom. N'oublions pas que nous avons travaillé sur un
Libre blanc prêt à l'emploi. Pourquoi aucun de ces sauveurs de la GLNF sans l'ex ne dit pas clairement : Voilà, je prends ce document et je l'applique. Un point, c'est tout ?
J'ai bien peur qu'un fois viré FS nous ne retombions dans les mêmes travers avec un autre dans la mesure où nous ne voulons pas réformer en profondeur notre façon de voir la Franc-maçonnerie. C'est
à dire remettre l'initiatique à sa vraie place et mettre l’administratif au service des Frères (sans Tabliers bleus ni bricoles...).
Je sais que cela heurte ceux qui y voient une reconnaissance mais allez voir dans les autres associations de "service" et cherchez les marques de reconnaissance !
L'humilité y est de mise, non ? Et chez nous !
Fraternellement.


Jak BOAZ 23/08/2011 11:41


KADHAFNI : erreur de destinataire...

Mes FF,

Vous avez sans doute reçu une lettre du grand mètre cinquante KADHAFNI, c’est une erreur de destinataire, vous l’avez bien compris. D’ailleurs le contenu de la missive, une certaine création de «
Grand Conseil » ne peut être qu’une erreur due à la panique, survenant quelques heures avant le naufrage final qui le verra tomber (selon les journalistes présents sur site à TRIPOLIPACA).
Alors, pour y voir plus clair, nous avons de notre côté consulté nos oracles et notamment le plus aztèque d’entre eux (proche du soleil qui comme l’autre, est sujet aux insolations…) « YAPACAPIZAN
1er » qui nous a éclairé sur le contenu du message, sa lecture en est d’ailleurs fort simple et courte, très courte (d’après lui, ça ne vaut guère plus) :
Le ton et l’esprit est résumé et concentré à la fin : « ..la défense de notre Régularité », il convient de lire dans ce courrier écrit dans une langue étrangère : FOUTAGE DE GUEULE (en français,
c’est une expression qui correspondrait à « être pris pour un dindon » ou « salut les conos » ou encore, plus couramment usité « tournez-vous, je lève la serviette, et pourtaaaannnnnnt ! Et voilà,
la photo est prise » (oui, c’est vrai ça peut faire mal).

Quant au titre, et sans connaître cette langue, il semblerait qu’il contienne une erreur, il ne faut pas lire « Grand Conseil » mais, « Bon Conseil »…et de rajouter : PARTIR
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
(en direct de nos envoyés spéciaux à TRIPOLIPACA)
Note du journaliste : « à propos, tous les barjots ont été débarqué ces derniers 6 mois (et des beaucoup plus costauds en fait…) alors, pour celui-là, c’est quand ???????


joaben 23/08/2011 09:36


Bien vu !
Une des caractéristiques est toujours de penser que c'est l'autre (en l'occurence le camp stifanien)qui est concerné !

Or nombre de points cités s'appliquent très bien à l'opposition. par exemple :


* la conviction d’être dans son bon droit.
* la tendance à dénaturer une information contraire à la décision du groupe.
* les pressions exercées sur les membres afin qu’ils soutiennent la décision majoritaire.
* la tendance des membres à construire des stéréotypes concernant des personnes opposées à leur décision.

----------------------- mais aussi :
* l’illusion collective : illusions de moralité, de rationalité, d’unanimité, et d’invulnérabilité du groupe.
* la censure collective qui s’applique à soi-même et aux autres. Les membres du groupe préfèrent garder leurs opinions divergentes pour eux, plutôt que de déserter le navire.

[...]
* les biais et les distorsions dans le traitement de l’information et la définition des objectifs.
* l’absence de prise en compte des risques potentiels que la décision comporte.
* le manque de recherche d’alternatives logiques et cohérentes.

----- on y reconnait ... qui vous savez !

A nous de savoir si on se refuse à analyser notre fonctionnement de groupe, ou pas !


Présentation

  • : Le blog de myosotislutece
  • Le blog de myosotislutece
  • : Le Blog de Lutèce Tribune libre de Frères de la Province de Lutèce de l'ex-GLNF pour défendre et rétablir les valeurs de la vraie Franc-Maçonnerie.
  • Contact

Recherche

Newsletter