Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 12:01

  Myosotis-Lutece-GLNF-Francois-Stifani-Fous-collisions-col.jpg

Au secours ! Help ! Virez-nous le pilote de cet avion…il va nous scratcher !

Et surtout ne le remplacez pas par une hôtesse, quel que soit le modèle - Legrand ou le petit – qui semble aussi efficace sur un cheval que dans les couloirs de l’avion, ni par un Steward, quel que soit son rite !

Pourtant, à chaque décollage et malgré les quelques trous d’air habituels, nous n’avions pas eu à nous plaindre : l’ambiance était bonne, les siège n’étaient pas trop durs, seuls les plateaux laissaient parfois à désirer et surtout le pinard, mais dans l’ensemble les voyages se passaient pas trop mal.

Mais depuis deux ans, nous avons commencé à percevoir quelques manquements dans la maintenance de la compagnie : une communication à l’emporte-pièce, des changements de plan de vol inexpliqué, une impossibilité à visiter la cabine de pilotage…Bref, ça commençait à sentir le roussi.

Certains voyageurs tentaient bien d’attirer l’attention du Conseil d’administration de la compagnie sur le fait que le Pilote en chef semblait avoir « pété les plombs » mais rien n’y faisait.

Il faut dire que le poste de pilotage était tenu depuis quelques années par des « potes » de la même école d’aviation « PACAP » et qu’ils se passaient le manche à balai lorsque leur « carrière » était bien consolidée…

« Pas cap », « Pas cap » ? Mais, si justement, drôlement capables de mettre en pièce une belle compagnie, de faire monter les prix du billet de façon éhontée, de créer un enchevêtrement de sous-directions de l’aviation incompréhensible pour le quidam – passager de base de cette belle compagnie !

Sommes-nous encore sur terre ? devions-nous nous demander à chaque fois que notre pilote nous faisait parvenir son bulletin météo, de façon brève mais toujours ferme (surtout, ces derniers temps).

Bon, on savait que ça chauffait un peu dans la cabine avec tous les collaborateurs qui se faisaient virer ou qui démissionnaient (quoique, nous n’en avons pas vu beaucoup qui se sont manifestés durant ces deux ans !) mais après tout, nous, du moment que l’on pouvait voyager, on les laissait s’amuser entre eux…

Hélas, trois fois hélas, quelle erreur !

Quelles horreurs n’apprenions-nous pas.

De montages financiers en montages financiers, de multiples poupées russes emboîtées les unes dans les autres (remarque, elles semblaient y prendre du plaisir !), des hectares de vignes, des immeubles à l’utilité discutable, des voyages de loisirs sous couvert de mission (chut ! c’est top secret), des réceptions au goût douteux (question de buffet), des arrosages entre copains…la succession de révélations nous a tous laissé pantois.

Et, en plus, le pilote n’était même pas poli avec nous : plus bonjour, plus de sourires, plus rien que des éructations digne du pire des « chats rentiers ».

Nous commencions à regretter d’avoir pris notre billet malgré les tirades des Stewards de la compagnie : « La compagnie GLNF’s Team et son équipage vous souhaitent la bienvenue à bord ». Il manquait plus qu’ils nous invitent dans leur hôtel de la rue de Wagram…

Nous avons bien tenté de saisir le Syndicat des Grands Copilotes, mais, c’était tellement le bazar là-dedans que plus personne ne savait qui devait dire quoi à qui, ni qui de quoi, ni qui à qui, dans la mesure où le pilote gueulait tellement fort que l’on ne s’entendait plus là-haut.

L’avion commençait à décrocher, les hôtesses à s’agiter (ça, c’était pas plus mal), les Stews faisait tout et n’importe quoi, menaçaient les passagers, les viraient par le hublot sans parachute et nous faisaient passer des tracts nous indiquant qu’il fallait payer un surplus ; la compagnie étant au bord de la faillite !

 

Moi, dans mon fauteuil, je me prenais à regretter le bon temps de Guynemer, Saint-Exupéry et  Hélène Boucher (il y a des femmes pilotes, aussi !). Bon, je l’aimais bien cette compagnie et puis mes voisins de vols étaient sympas…Mais là, ça commençait à faire beaucoup !

Mon voisin, un Vénérable monsieur qui avait connu les débuts de la compagnie me confiait encore hier : « Je veux bien payer mais encore faut-il que j’arrive à bon port et dans de bonnes conditions...et là, j’ai des doutes » !

Nous aussi, on en a : sur la qualité et la compétence du pilote et de ses copains, sur la destination du vol, sur l’honnêteté de la compagnie en elle-même, sur les collusions de toutes sortes entre certains associés, sur…..

Attention, vous avez oublié de sortir le train d’atterrissage !


Partager cet article

Repost 0
Published by Passager glandestin - dans Paroles de FF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de myosotislutece
  • Le blog de myosotislutece
  • : Le Blog de Lutèce Tribune libre de Frères de la Province de Lutèce de l'ex-GLNF pour défendre et rétablir les valeurs de la vraie Franc-Maçonnerie.
  • Contact

Recherche

Newsletter